Les côtes orientales de l’Inde frappées par le cyclone Yaas


Un prête hindou déplace une statue de Jagannatha, « Seigneur de l’Univers », pour le mettre à l’abri du cyclone Yaas, mercredi 26 mai 2021, dans le district de Balasore, dans l’Etat d’Oshida.

Moins de deux semaines après le passage de Tauktae sur la côte ouest, l’Inde est à nouveau frappée par une tempête tropicale. Le cyclone Yaas, qui s’est formé dans le golfe du Bengale, a commencé à balayer, mercredi 26 mai, les zones côtières des Etats du Bengale-Occidental et d’Odisha à un moment où le pays doit faire face à une terrible épidémie de Covid-19.

La tempête a touché terre mercredi à 3 h 30 (5 h 30 à Paris), selon le département météorologique indien qui prévoyait des rafales pouvant atteindre 155 km/h, soit un cyclone de catégorie 2. Le cyclone Tauktae, première tempête tropicale majeure de la saison qui s’est abattue le 17 mai sur l’Etat du Gujarat, a fait au moins 155 morts dans l’ouest du pays.

Mercredi, les deux personnes tuées ont été l’une « emportée par le déferlement de la mer » et l’autre est morte « dans l’effondrement de sa maison », a déclaré Mamata Banerjee, première ministre de l’Etat du Bengale-Occidental.

Selon elle, la station balnéaire de Digha était « submergée » par des vagues de la hauteur d’un bus de deux étages. « Les rivières en crue ont également inondé plus de 12 îles et ouvert des brèches dans un certain nombre de digues », a ajouté Mme Banerjee. Quelque 20 000 maisons ont été endommagées.

Lire aussi Le cyclone Tauktae laisse l’Inde meurtrie, avec plus de 55 morts et plus de 90 disparus

Evacuations, lutte contre le Covid-19 perturbée

Plus de 1,5 million de personnes vivant le long des côtes orientales du golfe du Bengale ont été évacuées. Des pluies torrentielles accompagnées de vents violents s’abattaient depuis la veille sur les villes et les villages côtiers.

Les autorités de Calcutta, capitale du Bengale-Occidental, ont ordonné la fermeture de l’aéroport international pour la majeure partie de la journée de mercredi. L’aéroport de Bhubaneswar, capitale de l’Odisha, a fait de même. « Chaque vie est précieuse », a déclaré le premier ministre de l’Odisha, Naveen Patnaik, en appelant la population à ne pas « paniquer » et à s’éloigner des côtes.

Près de 5 000 secouristes ont été mobilisés dans les deux Etats menacés, équipés de moyens de communication d’urgence, de bateaux pneumatiques hors-bord et d’assistance médicale, a détaillé la Force nationale d’intervention pour les catastrophes.

Yaas devrait perturber localement les efforts de lutte contre le Covid-19, qui ravage les communautés urbaines et rurales. L’épidémie a coûté la vie à quelque 310 00 personnes au total. Certains centres de vaccination dans les districts côtiers du Bengale-Occidental et à Calcutta ont interrompu leurs activités, et un effort particulier a été engagé pour assurer la fourniture d’oxygène et de médicaments aux hôpitaux, selon les autorités.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Please help » : en Inde, les messages désespérés des habitants de New Delhi

Au Bangladesh voisin, les autorités estiment que le pays devrait être épargné par le cyclone en cours. Les experts s’accordent à dire que la fréquence et l’intensité des tempêtes dans les eaux autour de l’Inde augmentent sous l’effet du réchauffement du climat et de la température de l’eau.

Image satellite fournie par la NASA du cyclone Yaas approchant des côtes de l’Inde, le 25 mai 2021.

Certaines des tempêtes les plus meurtrières de l’histoire se sont formées dans le golfe du Bengale, dont un cyclone qui, en 1970, avait provoqué la mort d’un demi-million d’habitants de la région devenue le Bangladesh.

Le cyclone le plus meurtrier jamais enregistré dans l’Odisha, en 1999, avait tué 10 000 personnes.

Le Monde avec AFP et Reuters



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *