« Pousser la chansonnette, en particulier au sein d’une chorale, pourrait bien avoir des vertus très précieuses à tout âge »


Carte blanche. Fredonner une chanson est une activité bien plus complexe qu’il n’y paraît. D’un point de vue purement physique, le chant met en jeu l’appareil vocal et le système respiratoire et favorise une respiration abdominale lente et profonde qui influence en retour le système cardio-vasculaire et le système nerveux autonome. Mais chanter, même sous sa douche, active également l’audition, la motricité, ainsi qu’un réseau important d’aires cérébrales, situées dans les deux hémisphères et impliquées dans la mémoire, le langage, la motivation, le plaisir, les relations sociales ou encore l’attention.

C’est ainsi que les recherches dans des domaines aussi divers que la psychologie clinique, la psychiatrie, la gériatrie, la neuropsychologie, la neurologie, le traitement de la douleur ou encore la neuro-imagerie suggèrent que la musique est une source importante de joie, d’apprentissages, de bien-être, et qu’une chanson ou un morceau de musique doivent être vus comme des stimuli positifs et polyvalents pour notre cerveau.

On sait aussi qu’en temps de crise, comme pendant la pandémie de Covid-19, les personnes confinées ou en quarantaine ont eu besoin, pour alléger leur solitude et pour exprimer et partager leurs émotions, d’écouter de la musique et de chanter ensemble, même si cela exigeait d’elles de s’installer à leur fenêtre, sur leur balcon, ou encore de se connecter à des logiciels de visioconférence. Et cela n’est sans doute pas une lubie liée à la situation sanitaire car pousser la chansonnette, en particulier au sein d’une chorale, pourrait bien avoir des vertus très précieuses à tout âge.

Analyse : Quand la musique est bonne… pour le cerveau

Emmi Pentikäinen et ses collègues de l’université d’Helsinki ont ainsi recruté trois groupes de sujets âgés de plus de 60 ans. Un groupe de 48 sujets chantant dans une chorale depuis plus de dix ans, un groupe de 52 sujets ayant rejoint une chorale depuis moins de dix ans et un groupe de 56 sujets n’ayant jamais pratiqué le chœur.

L’ensemble de ces participants a été soumis à une batterie de tests neuropsychologiques ainsi qu’à des questionnaires évaluant la qualité des interactions sociales et l’appréciation de leur état de santé général. Les résultats, publiés dans Plos One en février 2021, montrent clairement un avantage pour les membres d’une chorale en ce qui concerne les fonctions exécutives verbales, et rapportent des interactions sociales ainsi qu’une qualité de vie plus élevées pour eux que pour les sujets contrôles.

Au diapason

De manière tout à fait complémentaire, les travaux de Kyle M. Jasmin et de ses collègues des universités de Londres et de Californie, publiés en 2016, ont montré que, lorsque l’on aligne parfaitement sa parole sur celle d’une autre personne, comme lorsque l’on chante ensemble, cette synchronisation est interprétée par notre cerveau comme si nous écoutions la voix de quelqu’un d’autre plutôt que la nôtre. C’est ainsi que le chœur pourrait renforcer les relations sociales, puisqu’il est tout à la fois perçu comme la production de chaque individu mais également du groupe, dont les cerveaux sont parfaitement synchronisés.

Il vous reste 28.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *