le G7 s’engage à fournir un milliard de doses de vaccins au cours de l’année


Des militants d’Oxfam simulant au bord de l’eau une bataille autour d’une seringue géante, Oxfam plaidant pour la suspension des brevets, qui permettrait une production en masse des vaccins anti-Covid-19, à Swanpool Beach, à Falmouth, en Cornouailles, le 11 juin 2021.

La pandémie a fait plus de 3 787 127 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles, samedi à midi. Après les Etats-Unis (599 663 morts), les pays enregistrant le plus grand nombre de morts sont le Brésil (486 272), l’Inde (367 081), le Mexique (229 823) et le Pérou (188 100), ce dernier pays déplorant le plus grand nombre de morts par rapport à sa population.

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. L’OMS estime que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

Contexte : Visualisez l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde

Les pays du G7 devraient s’engager à fournir un milliard de doses de vaccins contre le Covid-19 au cours de l’année à venir et travailler avec le secteur privé, le G20 et d’autres pays pour augmenter cette contribution dans les prochains mois, selon un projet de communiqué quasiment définitif de leur sommet en Angleterre.

« Les engagements pris depuis notre dernière rencontre, en février 2021, y compris ici à Carbis Bay portent sur la fourniture d’un milliard de doses au cours de la prochaine année », est-il écrit dans ce projet de communiqué. « Nous allons travailler ensemble avec le secteur privé, le G20 et d’autres pays pour augmenter cette contribution au cours des mois à venir. » Deux sources ont déclaré que la rédaction du communiqué était en grande partie terminée, les diplomates ayant négocié jusque tard samedi soir.

Samedi, les dirigeants ont aussi présenté un plan de bataille contre les futures pandémies, une initiative qualifiée d’« historique » par Londres. Il s’agit de réduire le délai pour développer des vaccins, des traitements et des diagnostics, avec l’espoir que le monde soit prêt en moins de cent jours pour faire face à une maladie soudaine.

L’autre volet porte sur une réforme pour renforcer l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Notre but doit être de vacciner au moins 70 % de la population mondiale d’ici au prochain G7, en Allemagne, l’an prochain », a martelé le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse en ligne.

  • L’Afrique du Sud retire 2 millions de vaccins contaminés

L’Afrique du Sud a réussi à obtenir 30 millions de doses de Pfizer, comme cette préparée, dans la banlieue de Johannesburg, le 17 mai 2021.

Dimanche, l’Afrique du Sud, confrontée à une troisième vague de la pandémie de Covid-19, a annoncé retirer deux millions de vaccins de Johnson & Johnson, en raison d’« un problème de non-conformité » lors de sa fabrication aux Etats-Unis.

Les autorités américaines avaient annoncé, vendredi, que « plusieurs lots », soit plusieurs millions de doses, fabriquées à Baltimore aux Etats-Unis et dont la production avait dû être stoppée il y a plusieurs semaines, devront être jetées. Des tests avaient révélé que des composants du vaccin britannique d’AstraZeneca, fabriqué dans la même usine, avaient été mélangés par erreur à la formule du vaccin de Johnson & Johnson.

L’Afrique du Sud milite pour une suspension temporaire des brevets sur les vaccins anti-Covid, pour permettre à chaque pays de produire des versions génériques à faible coût. « Si nous voulons sauver des vies et en finir avec la pandémie, nous devons développer et diversifier la fabrication », a martelé, samedi, le président Cyril Ramaphosa au sommet du G7, en Angleterre.

L’Afrique du Sud compte sur la livraison de 31 millions de doses du vaccin à dose unique de Johnson & Johnson, pour immuniser sa population de 59 millions. Le pays a réussi à obtenir 30 millions de doses du vaccin de Pfizer, mais ce vaccin à deux injections nécessite d’être conservé à très basse température. Une nouvelle livraison de 300 000 vaccins de Johnson & Johnson « approuvés » doit arriver mardi, ont affirmé les autorités sud-africaines.

En retard par rapport au reste du monde, l’Afrique du Sud n’a vacciné qu’un peu plus de 1 % de sa population. Pays africain officiellement le plus touché, l’Afrique du Sud compte plus de 1,7 million de cas, dont près de 58 000 décès. Plus de 9 300 nouvelles infections ont été recensées ces dernières vingt-quatre heures.

Le Monde avec AFP et Reuters



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *