300 000 doses de vaccin offertes par les Etats-Unis au Niger


Le variant Delta du coronavirus aura eu, en quelques semaines, raison de l’insouciance estivale, y compris dans des pays comme les Etats-Unis ou Israël qui s’imaginaient sortis d’affaire et renouent, en plein cœur de l’été, avec les mesures restrictives.

La pandémie de Covid-19 a fait plus de 4,2 millions de morts dans le monde depuis la fin de 2019, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP), vendredi 30 juillet, à partir des chiffres officiels fournis par les autorités de chaque pays. Mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que ceux-ci pourraient être deux à trois fois plus élevés si la surmortalité directement et indirectement liée à la maladie était prise en compte.

  • Le Niger reçoit plus de 300 000 doses de vaccin offertes par les Etats-Unis

Le Niger a reçu 302 400 doses du vaccin Johnson & Johnson contre le Covid-19 que lui ont offertes les Etats-Unis, a annoncé samedi le ministère de la santé.

Depuis le 29 mars, date du lancement de sa campagne de vaccination, le Niger a reçu plus d’un million de doses de divers vaccins sous forme de dons : 400 000 (Sinopharm) de la part de la Chine, 355 000 (AstraZeneca) de la part du programme Covax (destiné à fournir des vaccins aux pays à faible revenu) et 25 000 (AstraZeneca) de la part de l’Inde, auxquels viennent désormais s’ajouter les 302 400 doses de Johnson & Johnson tout nouvellement reçues de la part des Etats-Unis. Le vaccin Johnson & Johnson a la particularité de ne nécessiter qu’une seule injection, là où Sinopharm et AstraZeneca en requièrent deux.

La campagne de vaccination au Niger attire pour l’heure peu de monde, dans la mesure où 400 000 personnes seulement ont reçu une première dose de vaccin et 70 000 les deux doses (soit 0,3 % de la population), ainsi que le rapporte le ministre nigérien de la santé, Illiassou Maïnassara. « Ce taux est faible. (…) Tout ce que l’on demande, c’est que les gens sortent pour se faire vacciner », rappelait ainsi M. Maïnassara sur les ondes de la radio publique vendredi. En décembre 2020 le gouvernement nigérien avait annoncé que son objectif pour 2021 était de vacciner « 47 % de la population » totale du pays, laquelle se monte à plus de 20 millions de personnes.

Lire aussi L’Afrique face au Covid-19 : les livraisons de vaccins vers le continent s’accélèrent
  • Des documents américains donnent l’alerte vis-à-vis du variant Delta

Le variant Delta du SARS-CoV-2 est aussi contagieux que la varicelle, a probablement des effets plus graves que ses prédécesseurs et les personnes contaminées semblent autant le transmettre, qu’elles soient vaccinées ou non, selon des documents officiels américains qui s’appuient sur des études scientifiques.

Ces constats figurent sur une présentation circulant en interne au sein des centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principales agences sanitaires des Etats-Unis. Révélés par le Washington Post, ces documents s’accompagnent d’une mise en garde des responsables : « La guerre a changé. » La directrice des CDC, Rochelle Walensky, s’est appuyée sur les données de la présentation pour recommander à nouveau, depuis deux jours, le port du masque en intérieur pour les personnes vaccinées dans les zones à haut risque.

Le document se base notamment sur une analyse menée à Provincetown, dans l’Etat du Massachusetts, où près de neuf cents cas de Covid-19 ont été dépistés après les festivités de la fête nationale, qui eurent lieu le 4 juillet, bien que les trois quarts des participants à l’évènement aient été vaccinés. Or, il n’y avait « pas de différence » entre la charge virale dans le nez et la gorge des personnes vaccinées et des non-vaccinés, selon la présentation des CDC. En revanche, il y a eu peu d’hospitalisations (sept à cette date) à la suite de l’apparition de ce foyer, ni aucune mort, d’après le site d’informations local Masslive.

Ce constat « est le facteur principal du changement des recommandations du CDC » sur le masque, fait savoir Celine Gounder, spécialiste des maladies infectieuses à l’université de New York : « Ce n’est pas pour protéger les personnes vaccinées qui, si elles sont infectées, auront des symptômes légers, voire aucun, mais on constate qu’elles peuvent contaminer d’autres personnes. »

Par ailleurs, les documents du CDC montrent que les contaminations de personnes vaccinées ne sont pas aussi rares qu’on le pensait : « 35 000 infections symptomatiques par semaine sur les 162 millions d’Américains vaccinés » ont été recensées. Sur la base d’études internationales, les CDC jugent que la contagiosité du Covid-19, initialement comparable à celle de la grippe, est désormais comparable à celle de la varicelle – une personne contaminée par le variant Delta le transmettant à huit autres en moyenne –, mais toujours en deçà de celle de la rougeole.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : de nouvelles données suggèrent que les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus
  • Les femmes enceintes vulnérables face au variant Delta, selon les sages-femmes anglaises

La chef des sages-femmes d’Angleterre a pressé ses collègues d’encourager les femmes enceintes à se faire administrer le vaccin. « Le vaccin Covid-19 peut vous garder, vous, votre bébé et vos proches, en sécurité et hors de l’hôpital », a martelé Jacqueline Dunkley-Bent, alors qu’une faible proportion des femmes enceintes se sont pour l’instant vu administrer le vaccin.

Cette mise en garde intervient après la publication, la semaine dernière, d’une étude « préoccupante » de l’université d’Oxford, montrant que 99 % des femmes enceintes admises à l’hôpital en raison du virus n’ont pas été vaccinées et qu’une femme enceinte sur dix hospitalisées nécessite des soins intensifs.

« C’est une très bonne nouvelle que si peu de femmes enceintes vaccinées aient été admises à l’hôpital avec le Covid-19 », a rappelé la professeure Marian Knight, à la tête de l’étude, jugeant « cependant très inquiétant de constater que les admissions de femmes enceintes à l’hôpital pour cause de Covid-19 sont en augmentation et qu’elles semblent être plus sévèrement touchées par le variant Delta ».

Selon elle, au Royaume-Uni, deux cents femmes enceintes ont été admises à l’hôpital avec le coronavirus sur la seule semaine dernière. Au total, dans le pays, depuis le début de la pandémie et jusqu’au 11 juillet, 3 371 femmes enceintes ont été admises à l’hôpital avec des symptômes de la maladie. La gravité de leur état s’est accentuée avec le variant Delta, détaille l’étude, qui doit encore être examinée par des pairs.

Les femmes enceintes peuvent depuis la mi-avril recevoir le vaccin de Pfizer-BioNTech ou de Moderna, le Collège royal des obstétriciens et de gynécologues et le Collège royal des sages-femmes leur conseillant conjointement de le faire dès que possible.

Lire aussi La vaccination contre le Covid-19 est-elle risquée pendant la grossesse ?
  • L’Asie confrontée à la plus grosse vague de contaminations enregistrée depuis plusieurs mois

Le Japon (où se déroulent actuellement les Jeux olympiques), la Thaïlande et la Malaisie ont annoncé samedi un nombre record de contaminations au coronavirus sur leur territoire. Principale cause de cette flambée : le variant Delta, qui accroît considérablement le risque de transmettre la maladie, et qui depuis quelque temps ébranle des zones de l’Asie qui jusqu’alors étaient parvenues à contenir avec succès l’épidémie. C’est à ce titre que le Vietnam s’est résolu à imposer, à compter de lundi, des restrictions drastiques sur les déplacements dans plusieurs agglomérations et provinces du pays.

De même, la Chine, où le virus avait pratiquement disparu, est à présent confrontée à une recrudescence de cas dans quatorze de ses vingt-deux provinces. Apparu à l’aéroport de Nankin au début du mois, où il avait touché neuf employés chargés de nettoyer la cabine d’un appareil en provenance de Russie, le variant a rapidement essaimé dans d’autres parties du pays. Au total, le pays compte 328 nouveaux cas d’infection en juillet, soit presque autant que sur la période allant de février à juin.

La rapidité de cette propagation est liée non seulement à la forte contagiosité du variant, mais également au pic de la saison touristique dans le pays, qui va de pair avec un usage intensif des transports aériens par les Chinois, a expliqué à la presse un responsable de la Commission nationale de la santé, He Qinghua.

Si le coronavirus a été détecté pour la première fois à Wuhan (dans le centre-est du pays) à la fin de 2019, la Chine a depuis largement maîtrisé l’épidémie grâce à des confinements, des applications mobiles de suivi des déplacements ou encore des quarantaines obligatoires à l’arrivée sur le territoire. La vie est quasi-normale depuis le printemps 2020 et le pays n’a rapporté que deux morts du Covid depuis avril l’an passé.

  • De nombreux pays mis en difficulté par le variant Delta

La Tunisie, en très grande difficulté face à un nouveau rebond de l’épidémie de Covid-19, a reçu vendredi un million de doses de vaccins données par les Etats-Unis. Impuissante à enrayer un nouveau rebond épidémique, avec ses hôpitaux démunis qui manquent d’oxygène, la Tunisie est actuellement dans une situation critique.

Au Bangladesh, en revanche, si le gouvernement a annoncé le confinement de la population jusqu’au 5 août, il vient d’ordonner la réouverture des ateliers de confection, essentiels à l’économie du pays, entraînant d’importants déplacements d’ouvriers retournés entre-temps dans leurs villages.

En Australie, un confinement strict de trois jours est entré en vigueur samedi après-midi à Brisbane, la troisième ville d’Australie, et dans certaines parties de l’Etat du Queensland.

Le Monde



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *