opération vaccination au camping les Flots bleus


Par

Publié aujourd’hui à 04h15

Covid-19 ou pas Covid-19, avec ou sans passe sanitaire, au camping de la Dune, alias les Flots bleus depuis le tournage de la comédie Camping, il y a des rites immuables : le pot d’accueil du dimanche soir pour les nouveaux arrivants. Le vrai top départ des vacances une fois la caravane ou la tente installée. Au pied de la dune du Pilat, autour de la scène du « Bal des Flots bleus » et d’un cocktail à base de Curaçao (forcément) bleu, on découvre l’équipe d’animateurs et l’opulent menu de la semaine : « Le Tiercé de la danse », « Koh Lan Tong », « Aquafun », « Apéro campeur (Ramène ton saucisson) », « Le grand défi »… Et une activité totalement inédite que Franck Dubosc alias Patrick Chirac, qui trône à l’entrée de l’établissement dans son slip de bain ajusté et son « marcel rose », n’aurait pas imaginé : une séance de vaccination, programmée le mercredi 28 juillet.

L’entrée du camping les Flots bleus, à Pyla-sur-mer, en Gironde, le 28 juillet 2021.
Franck Dubosc, alias Patrick Chirac, trône à l’entrée du camping où a été tourné le film homonyme.

Une opération pilotée par l’hôpital d’Arcachon, tout proche, dans le contexte de dégradation brutale de la situation sanitaire en Gironde, où le port du masque est de nouveau obligatoire dans les zones touristiques et sur le bassin d’Arcachon. Le taux d’incidence a explosé dans le département : il est passé de 40 à 351 pour 100 000 habitants en deux semaines. Il frôle même les 1 200 chez les 20-29 ans. « C’est du jamais-vu depuis le début de l’épidémie, alerte Laurent Filleul, responsable de la cellule régionale Nouvelle-Aquitaine de Santé publique France. La courbe est verticale et ça ne va pas s’arranger. » Les hospitalisations grimpent aussi : près de 120 dont 24 en soins critiques. A l’hôpital d’Arcachon, « ça monte fort », témoigne son directeur, Julien Rossignol : huit patients cette semaine contre cinq la semaine dernière et aucun la précédente. Des trentenaires et des quadras, tous non vaccinés hormis un primo-injecté. Que des touristes la semaine dernière ; des « locaux » celle-ci, à l’exception d’un campeur. Il se savait positif mais n’avait pas prévenu son camping (pas celui des Flots bleus) pour pouvoir continuer à profiter de ses vacances, précise Julien Rossignol.

« Des clusters en puissance »

« Le camping est un lieu stratégique, explique Bérénice Ledain, coordinatrice des opérations de vaccination à l’hôpital d’Arcachon. On sait que ce sont des clusters en puissance avec des personnes qui font les mêmes activités ensemble. Et les campeurs sont des gens qui ne vont pas facilement dans les centres de vaccination en ville. Il y a donc un véritable intérêt à aller vers eux. » Les enfants du « mini club » ont été mis à contribution pour confectionner les affichettes : « Centre de vaccination, vaccinez-vous, n’ayez pas peur. » Difficile de le rater : il est installé dans la salle qui jouxte les sanitaires principaux. Ce mercredi matin, pas d’eau chaude, et pas la queue pour aller se faire piquer le bras.

Il vous reste 73.41% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *