l’Allemagne prévoit une troisième dose pour les personnes vulnérables


Des équipes de vaccination mobiles seront envoyées dans les établissements de santé pour personnes âgées afin d’administrer aux résidents des piqûres de rappel.

Le variant Delta aura eu, en quelques semaines, raison de l’insouciance estivale, y compris dans des pays comme les Etats-Unis ou Israël, qui s’imaginaient sortis d’affaire et renouent, en plein cœur de l’été, avec les mesures sanitaires.

La pandémie de Covid-19 a fait plus de 4,22 millions de morts dans le monde depuis la fin de 2019, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse, dimanche 1er août, à partir des chiffres officiels fournis par les autorités de chaque pays. Mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que ceux-ci pourraient être deux à trois fois plus élevés si la surmortalité directement et indirectement liée à la maladie était prise en compte.

  • L’Allemagne prévoit une troisième dose pour les personnes vulnérables

L’Allemagne compte proposer dès le 1er septembre l’administration d’une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 aux personnes âgées et vulnérables, selon un projet du ministère de la santé vu dimanche 1er août par l’Agence France-Presse. Le projet de texte recommande également la vaccination des enfants et adolescents âgés de 12 à 17 ans.

Le ministre de la santé, Jens Spahn, et les ministres de la santé des 16 Länder allemands doivent finaliser ce plan élaboré par des responsables du ministère de la santé, lors d’une réunion lundi.

Des équipes de vaccination mobiles seront envoyées dans les établissements de santé pour personnes âgées afin d’administrer aux résidents des piqûres de rappel avec les vaccins de Pfizer-BioNTech ou de Moderna, indépendamment du type de vaccin qu’ils ont reçu auparavant, selon le texte. Les médecins pourront également faire une injection de rappel aux personnes âgées et aux patients dont le système immunitaire est affaibli.

Le document cite des études récentes montrant que l’immunité offerte par la vaccination décline avec le temps, mettant de nouveau en danger les personnes vulnérables.

Bien que l’Allemagne présente actuellement un taux de contamination inférieur à celui des pays voisins, les cas ont augmenté au cours des dernières semaines à cause du variant Delta, hautement contagieux. Le ralentissement des vaccinations suscite également des inquiétudes, avec seulement 52 % des Allemands complètement vaccinés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : l’Allemagne ouvre la vaccination aux plus de 12 ans
  • Algérie : des supporteurs de foot lèvent des fonds pour des bouteilles d’oxygène

Les supporteurs du Mouloudia Club d’Alger (MCA), une des équipes vedettes du football algérien, ont renoncé à fêter le prochain centenaire du club afin de reverser l’argent pour fournir des bouteilles d’oxygène aux patients ayant développé le Covid-19. « Ce centenaire sera celui du “Mouloudia de l’oxygène” à travers une grande action de solidarité », a déclaré, dimanche 1er août à l’AFP, le vice-président du comité national des supporteurs du MCA, Hamid Atmani.

Lors d’une récente réunion préparatoire à cet anniversaire, les supporteurs algérois ont décidé, devant l’ampleur de la crise sanitaire en Algérie, de donner la priorité aux malades en leur offrant un maximum de bouteilles d’oxygène, et éventuellement des médicaments, a précisé M. Atmani.

L’Algérie est confronté à une troisième vague épidémique, qui se traduit par une pénurie d’oxygène pour les particuliers et certains hôpitaux en raison de problèmes de gestion des stocks et de distribution. Face à la demande pressante, le premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a promis d’importer plus de 160 000 litres d’oxygène ainsi que 10 unités de production d’une capacité de 20 000 à 40 000 litres par jour.

Lire aussi L’Algérie durcit sévèrement les mesures anti-Covid pour enrayer la reprise de la pandémie
  • Au Royaume-Uni, des doses qui menacent de périmer

Le système de santé publique britannique (National Health Service, NHS) doit utiliser au plus vite jusqu’à 170 000 doses de vaccin de Moderna, dont la date de péremption pourrait arriver à terme au cours des deux prochaines semaines, selon un courriel interne consulté par le quotidien national The Guardian.

Les autorités sanitaires s’inquiètent du ralentissement de la vaccination chez les populations jeunes, qui peuvent être vaccinées avec le produit de Pfizer et celui de Moderna, mais pas avec le vaccin d’AstraZeneca. Selon le quotidien britannique, le NHS a cependant d’ores et déjà réussi à redistribuer environ 40 000 de ces doses proches de la date de péremption.

Certains médecins et spécialistes de la santé publique cités dans le Guardian arguent en faveur d’une réduction du temps nécessaire entre deux injections (le délai recommandé est actuellement de huit à douze semaines), pour pouvoir administrer plus rapidement des secondes doses, et face à une demande de premières injections en chute.

  • Italie : un service de vaccination victime d’une attaque informatique

Le site officiel du Latium (www.regione.lazio.it), la région de Rome, a été victime d’une attaque informatique le rendant indisponible pour les usagers dimanche en fin d’après-midi. Le site permettant de prendre un rendez-vous pour l’injection du vaccin contre le Covid-19 n’était pas disponible non plus, a annoncé dimanche 1er août la région sur son compte Twitter.

« Toutes les opérations de défense et de vérification sont en cours pour rétablir les services », fait savoir la région dans un tweet. « Les opérations concernant les vaccinations pourront subir des ralentissements », ajoute la région, tout en présentant ses excuses.

Lire aussi Covid-19 : l’Italie introduit un passe sanitaire obligatoire dans de nombreux lieux publics

Selon des sources citées dimanche par l’agence AGI, le site de la région de Rome a été attaqué par un « rançongiciel », un logiciel malveillant qui, une fois installé sur un réseau informatique, chiffre les fichiers pour rendre les ordinateurs du réseau inutilisables. Les cybercriminels qui pratiquent ce type d’attaque demandent ensuite une rançon à leurs victimes contre une clé de déchiffrement (dont l’efficacité est parfois très relative). Selon les sources d’AGI, aucune rançon n’aurait cependant été demandée pour le moment.

Le Monde



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *