neuf fois plus de non-vaccinés sont admis en soins critiques


Par et

Publié aujourd’hui à 18h27, mis à jour à 18h28

Combien compte-t-on de personnes vaccinées contre le Covid-19 parmi les admissions hospitalières ? La réponse à cette question a longtemps été rendue impossible par le cloisonnement entre les bases de données concernées. Depuis fin juillet, cette information est publiée en accès libre par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). L’organisme a recoupé la base SI-VIC, qui recense les personnes hospitalisées en lien avec le Covid-19, avec les bases Vacsi, qui retrace les vaccinations, et Sidep pour les tests virologiques.

Difficile d’interpréter les données brutes, puisque la progression de la campagne de vaccination accroît chaque jour la part de personnes qui ont complété leur schéma vaccinal : elles étaient 14 % le 1er juin contre 44 % le 1er août. Dans le même temps, la part de non-vaccinés se réduit, passant de 64 % de la population à 42 %. Au fil du temps, les chiffres bruts vont donc refléter une hausse des personnes vaccinées parmi les admissions à l’hôpital car elles représenteront une part de plus en plus importante de la population totale. En revanche, en rapportant le nombre d’hospitalisations ou d’admissions en soins critiques pour Covid-19 à l’ensemble de la population vaccinée ou non-vaccinée, il est possible d’apprécier l’effet de la vaccination. Et il est majeur.

Ces deux graphiques en barres empilées représentent la proportion de personnes complètement vaccinées parmi les nouveaux patients hospitalisés et les admissions en soins critiques depuis la fin du mois de mai 2021, et ce uniquement parmi les cas confirmés par un test PCR positif. Les courbes indiquent la moyenne hebdomadaire.

Afin de pouvoir comparer les populations complètement vaccinées et celle qui n’a pas même eu de première dose, nous avons rapporté pour chaque jour les deux groupes à l’ensemble de leur groupe (vacciné et non-vacciné donc), avant de calculer un taux pour 10 millions d’habitants.

Ce faisant, comme la taille des deux groupes évolue en fonction des nouvelles vaccinations, les données restent comparables entre elles dans le temps.

Nouvelles hospitalisations

Entrées en soins critiques

Lors de la semaine du 26 juillet au 1er août, parmi les personnes admises en hospitalisation classique, les non-vaccinés sont six fois plus nombreux, en proportion. Et on arrive même à neuf fois plus de non-vaccinés que de personnes complètement vaccinées lorsque l’on étudie les entrées en soins critiques.

La grande disparité liée au statut vaccinal se retrouve également au niveau des tests RT-PCR. Durant la dernière semaine de juillet, les non-vaccinés représentent 78 % du total des testés positifs, contre seulement 9 % pour les personnes complètement vaccinées. Il faut toutefois noter que les non-vaccinés ont davantage recours au dépistage : alors qu’ils comptent pour 42 % de la population totale, ils ont réalisé 62 % des tests (contre 24 % pour les personnes complètement vaccinées).

En remontant à début juin, la moyenne hebdomadaire montre aussi que les hospitalisations de patients vaccinés augmentent très faiblement sur les deux mois considérés, alors que la courbe des non-vaccinés grimpe en flèche, suivant la hausse forte des contaminations observée depuis le début du mois de juillet sur le territoire national. « Ces constats se vérifient également au niveau régional », assure la Drees, qui a publié vendredi 13 août de premiers indicateurs territoriaux.

Des données à consolider

Ces résultats portent sur le flux des admissions hospitalières et non sur le nombre total de personnes hospitalisées, ce qui incite à la prudence lorsque les chiffres en valeur absolue sont assez faibles. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons décidé de ne pas comparer, pour l’instant, les chiffres concernant les décès hospitaliers de personnes vaccinées et non vaccinées. De plus, les données agrègent des patients tous âges confondus, alors que la politique vaccinale a été largement orientée vers les plus âgés et les plus à risque avant début juin. Sur Twitter, Fabrice Lenglart, le directeur de la Drees, a annoncé la publication prochaine de données détaillées par âge.

Autre limite à l’analyse, les différences dans le mode de production des indicateurs. Ainsi, le nombre d’admissions hospitalières survenues entre le 31 mai et le 1er août relevé par la Drees ne correspond qu’à 80 % du total communiqué par Santé publique France (93 % pour les soins critiques). Une partie de cet écart s’explique par le fait que la Drees, lors de l’appariement des bases de données, a exclu les patients pour lesquels manquaient certaines informations identifiantes (nom, prénom, date de naissance).

Vaccination Covid-19 : suivez la progression de la campagne

Notre sélection d’articles sur les vaccins contre le Covid-19





Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *