fbpx

le passe sanitaire se généralise à travers l’Europe


Alors que la France a décidé de conditionner l’obtention du passe sanitaire à la troisième dose de vaccin pour les plus de 65 ans et entend prolonger le dispositif jusqu’au mois de juillet, de plus en plus de pays européens se résolvent à adopter ou à rétablir cette mesure pour limiter la propagation du virus.

En avril, le pays avait été le premier pays européen à imposer un passe sanitaire pour se rendre dans les bars, les restaurants, les musées, chez le coiffeur ou dans les instituts de beauté. A mesure que les contaminations baissaient et que la vaccination progressait, le passe a été progressivement abandonné durant l’été, puis supprimé le 10 septembre. Deux mois plus tard, le 12 novembre, il a fait son retour, alors que 75,3 % de la population a désormais reçu deux doses de vaccin. Le passe est redevenu obligatoire pour entrer dans les lieux accueillant du public et pour assister aux événements rassemblant plus de 200 personnes en intérieur et plus de 2 000 en extérieur. Exceptions pour le moment : les salles de sport, les centres commerciaux et le coiffeur. Le retour du passe sanitaire a suscité la colère des organisations patronales qui réclament des compensations financières.

Lire aussi Covid-19 : le Danemark rétablit le passe sanitaire, l’Allemagne déplore un taux record d’incidence

Là aussi, on a fini par se convaincre de l’utilité du passe sanitaire, appelé « Covid safe  ticket » (CST). Fin octobre, le gouvernement fédéral, usant de son droit d’imposer une loi d’urgence sanitaire aux différentes régions, l’a rendu obligatoire aux plus de 16 ans pour accéder aux cafés, hôtels, restaurants, lieux culturels, hôpitaux, salles de sport, congrès… Afin d’éviter les fraudes, la carte d’identité peut être exigée lors du contrôle. Le « CST » se présente sous la forme d’un QR code, certifiant d’une double vaccination ou d’un rétablissement de la maladie de moins de six mois. Les plus de 12 ans doivent aussi le montrer dans les événements de masse, lors d’une visite d’un hôpital ou dans un Ehpad. Les écoles pourraient exclure de leurs voyages les élèves non vaccinés. Longtemps hostile à cette mesure, le gouvernement flamand, qui invoquait le taux de vaccination très élevé de sa population (93 % des adultes), a dû se résoudre à appliquer le passe face à la hausse des contaminations. Certains commerçants, réticents, l’ont adopté par crainte d’amendes allant jusqu’à 2 500 euros et 350 euros pour les clients.

Le gouvernement a longuement hésité mais, le 2 novembre, confronté à une flambée des contaminations, il a étendu le passe pour l’accès des plus de 13 ans aux magasins, musées, terrasses et toilettes publiques. Il était déjà en vigueur pour les restaurants et les bars en intérieur, et pour les festivals. Une loi est en préparation pour permettre aux employeurs de l’exiger de leurs salariés.

Il vous reste 60.59% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.