le retour des centres de vaccination envisagé par le gouvernement pour lutter contre la cinquième vague


Dans un centre de vaccination, à Nantes, le 19 avril 2021.

La France est à son tour rattrapée par l’épidémie de Covid-19. La « cinquième vague est là », a mis en garde, mercredi 17 novembre, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lors du compte rendu du conseil des ministres. Pour endiguer cette nouvelle vague épidémique, le gouvernement mise toujours sur la vaccination et envisage de solliciter à nouveau les centres de vaccination, qui avaient fermé à la fin de l’été après six mois d’une campagne vaccinale de masse.

« Avec l’augmentation des injections liées au rappel de vaccination, aujourd’hui pour les plus de 65 ans et demain pour les plus de 50 ans, ça peut amener des centres de vaccination qui avaient fermé ou alors qui avaient réduit la voilure à reprendre une activité », a déclaré, jeudi 18 novembre, M. Attal sur LCI, interrogé sur une possible réouverture de « vaccinodromes » dans les prochaines semaines. Les centres de vaccination « ont montré toute leur efficacité, ils sont identifiés », et « les Français les connaissent, ils savent où aller », a-t-il plaidé.

Les personnes de plus de 65 ans et celles souffrant de comorbidités peuvent depuis plusieurs semaines faire un rappel, sans quoi elles verront leur passe sanitaire désactivé, « six mois et cinq semaines » après la précédente injection, à partir du 15 décembre. Pour les 50-64 ans, la campagne de rappel sera ouverte dès le début de décembre.

« A l’échelle de chaque territoire et des collectivités locales, les maires savent aussi quels sont les besoins de leur population, s’il y a besoin de renforcer un centre de vaccination ou de le rouvrir », a insisté M. Attal. Mais « il y a d’autres moyens d’accéder à la vaccination et au rappel », « chez son médecin, en pharmacie », a également rappelé le porte-parole du gouvernement.

Près de « 5 millions de Français ont réalisé leur rappel » à ce jour, pour un public éligible de 7,7 millions de personnes, s’est félicité M. Attal. « Ça nous place au-dessus de la plupart de nos voisins européens, mais c’est encore trop peu », a-t-il jugé, au moment où la France fait face à une cinquième vague de la pandémie de Covid-19.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Covid-19 : le gouvernement se convertit aux vaccinodromes pour atteindre 10 millions de premières injections à la mi-avril

Un rebond épidémique

Depuis deux semaines, le nombre de contaminations progresse très rapidement, de l’ordre de 40 % à 50 % par semaine. Le taux d’incidence, qui mesure le nombre de cas de Covid par 100 000 habitants, est désormais supérieur à 100 sur l’ensemble du territoire. La France a enregistré plus de 20 000 contaminations (20 294 nouveaux cas) par le coronavirus en vingt-quatre heures pour la première fois depuis le 25 août, montrent les données publiées mercredi par Santé publique France (SPF).

Le nombre de patients atteints du Covid-19 hospitalisés a augmenté de plus de 10 % par rapport à la semaine dernière pour la deuxième journée de suite, pour atteindre 7 663, et le nombre de patients en soins intensifs est passé à 1 300, soit la troisième journée d’augmentation à deux chiffres en une semaine.

Le Monde avec AFP et Reuters





Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *