« Le Covid long est-il vraiment une maladie imaginaire ? »


Tribune. Cette question est posée dans une étude publiée dans le numéro du 8 novembre de JAMA Intern Med. L’article répond que oui, en effet, le Covid long est souvent imaginaire, puisque plus de la moitié des personnes qui pensent en souffrir n’ont, en réalité, jamais eu le Covid-19. La conclusion de l’article est que la tâche des médecins est d’« identifier les mécanismes cognitifs et comportementaux qui peuvent être ciblés pour soulager les symptômes » [de ces malades imaginaires]. Cet article a été largement repris dans les médias grand public.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les manifestations du « Covid long » ne seraient pas forcément liées à l’infection par le SARS-CoV-2

Le JAMA Intern Med est un journal prestigieux, mais les scientifiques savent qu’il ne faut jamais juger de la qualité d’un article sur la réputation d’un journal, car certains travaux publiés dans des journaux prestigieux n’ont jamais pu être confirmés par la suite. Il faut donc lire et analyser cet article.

Ce travail est remarquable par l’investissement qui a été nécessaire pour recueillir toute une série d’informations auprès de 26 823 personnes qui rapportaient toutes des symptômes ayant duré au moins deux mois et attribués à un Covid long. L’enquête a eu lieu entre mars et novembre 2020, ce qui peut surprendre car, en mars 2020, personne ne parlait de Covid long, ni n’avait pu déjà souffrir de symptômes pendant deux mois.

On sait aujourd’hui que la moins mauvaise façon de savoir si quelqu’un est infecté, c’est d’obtenir un test PCR positif dans la phase aiguë de la maladie

Malheureusement, le résultat des analyses est totalement inutilisable, car ce travail accumule les erreurs méthodologiques. Une règle fondamentale de la méthode scientifique est de confronter ses données expérimentales à celles de la littérature, afin de pouvoir discuter d’éventuelles convergences ou divergences, et de chercher à comprendre ces dernières. En revanche, dans cette étude épidémiologique sur le Covid long, importante par la taille de la population interrogée, les principaux travaux précédents sont ignorés.

On sait aujourd’hui que la moins mauvaise façon de savoir si quelqu’un est infecté, c’est d’obtenir un test PCR positif dans la phase aiguë de la maladie. Après cette phase, le test n’est, a priori, plus positif. Peut-on utiliser la séropositivité pour prouver qu’on a été infecté ? Si des anticorps anti-SARS sont présents dans le sang, c’est en effet qu’il y a eu infection (ou vaccination, le cas échéant). Mais l’absence d’anticorps ne saurait prouver l’absence d’infection. En effet, outre les limites de sensibilité du test sérologique lui-même, certains individus font une réponse anticorps très faible, en particulier ceux qui vont faire un Covid long. Enfin, cette production d’anticorps anti-SARS est en général transitoire, les anticorps diminuent fortement en quelques mois, voire disparaissent, et c’est précisément la raison pour laquelle la 3e vaccination est en train d’être généralisée.

Il vous reste 55.57% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *