l’OMS alerte sur une « potentielle » résistance aux vaccins


Des personnes font la queue pour se faire vacciner, à Sevenoaks, en Angleterre, le 13 décembre 2021.

Le variant Omicron du nouveau coronavirus poursuit sa progression fulgurante dans le monde, et notamment outre-Manche. Au lendemain de nouvelles restrictions annoncées dimanche pour limiter « un raz-de-marée » à venir, incitant la population à se faire vacciner, le premier ministre britannique a déclaré, lundi 13 décembre, qu’un premier patient était mort après avoir contracté le variant Omicron. De son côté, l’Organisation mondiale de la santé a transmis de nouveaux éléments sur ce mutant du coronavirus.

  • L’OMS signale une diffusion rapide et un « potentiel échappement immunitaire »

Identifié dans plus de soixante pays, le variant Omicron pourrait opposer une forme de « résistance » au vaccin et bénéficier d’une diffusion rapide, mais les données cliniques sur la sévérité des cas de Covid-19 qu’il déclenche restent parcellaires, selon l’OMS.

Dans une note technique publiée dimanche, l’organisation onusienne installée à Genève réaffirme son évaluation initiale d’un risque général « très élevé » associé à ce variant préoccupant, et prévient que des données préliminaires laissent supposer qu’il y a une augmentation des cas de réinfection en Afrique du Sud, l’un des premiers pays dans lesquels ce variant a été identifié. « Ces données suggèrent un phénomène potentiel d’échappement immunitaire et des taux élevés de transmission, ce qui pourrait se traduire par de nouvelles flambées épidémiques avec des conséquences graves », observe l’OMS.

Il semblerait que les anticorps des personnes vaccinées contre le Covid-19 ou ayant déjà été infectées par le coronavirus ne soit pas suffisants pour « neutraliser » une contamination par le variant Omicron, qui présenterait potentiellement une aptitude accrue à réinfecter des personnes pourtant supposées pouvoir développer une réponse immunitaire contre ce virus.

Lire notre décryptage : Article réservé à nos abonnés Pourquoi il faut du temps pour évaluer la dangerosité du variant Omicron

En ce qui concerne les cas de Covid-19 résultant d’une contamination par le variant Omicron, les premières données suggèrent qu’il pourrait s’agir de formes moins sévères que celles liées aux infections par le variant Delta, actuellement largement majoritaire à travers le monde, notamment en France. « Mais des données supplémentaires sont nécessaires pour comprendre le profil de sévérité » précis de ce variant, note l’OMS.

« Même si la sévérité [des cas de Covid-19 associés à Omicron] venait à être moins importante que pour le variant Delta, nous prévoyons que les hospitalisations augmentent du fait de sa transmissibilité accrue », prévient l’OMS en soulignant que les risques sont donc non négligeables pour les systèmes de santé ainsi qu’en matière de nombre de décès.

Lire aussi Variant Omicron : ce que l’on sait de l’activité neutralisante des anticorps, du risque de réinfection et de l’efficacité des vaccins
  • 40 % des infections à Londres, un mort dû à Omicron

Le Royaume-Uni a éclaré lundi que le variant Omicron du coronavirus était à l’origine d’environ 40 % des infections à Londres depuis que les premiers cas du nouveau variant ont été détectés le 27 novembre dans le pays. « Il se propage à une vitesse phénoménale, quelque chose que nous n’avons jamais vu auparavant, les infections doublent tous les deux ou trois jours », a déclaré le ministre de la santé, Sajid Javid, à Sky News.

« Malheureusement, Omicron génère des hospitalisations et il a été confirmé qu’au moins un patient est décédé [des suites d’une contamination] au variant Omicron », a annoncé, lundi, le premier ministre Boris Johnson, lors de la visite d’un centre de vaccination à Londres, alors qu’il mise sur une campagne de rappel vaccinal massive pour freiner la propagation du variant.

Selon le gouvernement, si aucune mesure n’était prise, il pourrait y avoir un million de personnes infectées par Omicron d’ici à la fin du mois au Royaume-Uni. Après avoir freiné pour prendre certaines mesures de restrictions face à l’épidémie, le gouvernement britannique entend fournir une dose de rappel à tous les adultes d’ici au Nouvel An, un objectif ambitieux compte tenu des vacances de Noël et du fait que la vaccination d’un million de personnes par jour représente environ le double des 530 000 par jour actuels. Selon des données publiées vendredi, l’efficacité des vaccins contre l’infection symptomatique liée à Omicron serait considérablement réduite avec seulement deux doses, alors qu’une troisième injection augmenterait la protection jusqu’à plus de 70 %.

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *