Passe sanitaire désactivé pour certains plus de 65 ans : 10 questions pour comprendre


Le 15 décembre représente une première date butoir pour certains plus de 65 ans : à compter de mercredi, leur passe sanitaire pourrait être désactivé, conformément aux annonces du gouvernement faites en novembre concernant la campagne de rappel vaccinal. Explications.

  • Pour qui le passe sanitaire va-t-il être désactivé à partir du 15 décembre ?

Le 25 novembre, le ministre de la santé, Olivier Véran, a annoncé qu’à partir de la mi-décembre, « le passe sanitaire pour les plus de 65 ans ne sera plus actif si le rappel n’a pas été fait dans un délai de sept mois après l’infection ou après la dernière injection ».

Selon le site de l’Assurance-maladie, la dose de rappel doit être faite entre cinq et sept mois après la dernière injection ou infection au Covid-19, « sauf pour les personnes vaccinées au Janssen, pour qui la dose de rappel avec un vaccin à ARN messager est à réaliser dès quatre semaines après l’injection, et pour les personnes sévèrement immunodéprimées, qui devront recevoir la dose de rappel trois mois après la dernière injection, sur avis médical ».

  • Combien de personnes sont concernées ?

Quelque 400 000 personnes de plus de 65 ans sont sur le point de voir leur passe sanitaire désactivé faute de rappel vaccinal, selon des chiffres communiqués mardi par la Direction générale de la santé à RMC et France info.

  • Qu’en est-il pour les moins de 65 ans ?

Pour les personnes âgées de 18 à 64 ans, c’est à partir du 15 janvier que le passe sanitaire risque d’être désactivé faute d’un rappel vaccinal dans le délai imparti – c’est-à-dire, là aussi, sept mois après la dernière injection ou la dernière infection au Covid-19, certificat de rétablissement faisant foi.

  • J’avais oublié, comment puis-je obtenir rapidement une dose de rappel ?

L’exécutif a annoncé le 6 décembre que les personnes de 65 ans et plus devaient jouir d’un accès prioritaire dans les centres de vaccination et pouvoir obtenir une injection sans rendez-vous. Dans les faits, de nombreux centres avaient déjà mis en place des lignes réservées aux publics prioritaires que sont les personnes âgées, mais aussi les personnes n’ayant encore reçu aucune dose de vaccin.

Cette logistique reste malgré tout complexe, surtout si l’on considère que les référents de centres et les pharmaciens n’avaient pas été prévenus avant cette annonce officielle. Des délais peuvent donc être de mise en fonction des centres. Dans tous les cas, l’offre a énormément augmenté depuis l’annonce de l’ouverture de la dose de rappel à toute la population majeure, le 25 novembre, et de nombreux rendez-vous sont désormais disponibles.

  • Comment puis-je prendre rendez-vous ?

Afin d’éviter les files d’attente ou d’être refusé faute de doses, vous pouvez prendre rendez-vous sur www.sante.fr ou par téléphone au 0800 730 956 (pour tous les publics) ou au 0800 730 957 (seulement pour les personnes âgées de 80 ans et plus souhaitant être vaccinées à domicile). L’appel vers ces deux numéros est gratuit. Leur standard est ouvert tous les jours, de 6 heures à 22 heures.

  • Comment faire en attendant sans mon passe sanitaire ?

Votre dernière injection ou infection date de plus de sept mois et votre passe sanitaire a été désactivé ? Si vous souhaitez profiter des lieux soumis au passe sanitaire avant votre dose de rappel, vous n’avez alors pas le choix : il vous faut faire un test antigénique ou PCR, qui rendra de nouveau valable votre passe sanitaire, mais pendant vingt-quatre heures uniquement. De plus, tant que votre schéma vaccinal ne sera plus complet, ces tests seront à vos frais (de 22 à 45 euros selon les cas).

  • Comment puis-je connaître la date de fin de validité de mon passe sanitaire ?

Pour cela, il vous faut connaître la date de votre dernière injection. Elle figure en bonne place sur l’attestation de vaccination qui vous a été remise (« date de la dernière injection effectuée ») et dans l’application TousAntiCovid, si vous y avez rentré l’attestation.

Pour vous aider à déterminer à partir de quand vous êtes éligible à la dose de rappel et la date de fin de validité de votre passe sanitaire, le site « Mon rappel vaccin Covid » vous permet d’y voir clair dans les différents cas de figure : https://monrappelvaccincovid.ameli.fr/.

  • Mon passe sanitaire était désactivé mais je viens de faire la dose de rappel : dans combien de temps mon passe sanitaire sera-t-il réactivé ?

Pour la troisième dose de rappel, la réactivation du passe sanitaire est immédiate avec le nouveau QR code. Pour une deuxième dose en revanche, le QR code et l’activation du passe sanitaire ne sont effectifs que sept jours après l’injection.

  • J’ai une contre-indication à la vaccination, comment cela se passe-t-il ?

Certaines personnes ne peuvent pas être vaccinées contre le Covid-19 pour des raisons médicales. Il est alors possible de demander à son médecin un certificat médical qui pourra être montré dans les lieux soumis au passe sanitaire en lieu et place de ce dernier. La liste des pathologies des contre-indications a été mise à jour en novembre, incluant désormais les cas de maladies très rares ainsi que les cas de « myocardites ou myopéricardites associées à une infection par SARS-CoV-2 », tout comme ceux de « syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS) post-infection par SARS-CoV-2 ».

  • Quel vaccin dois-je prendre en rappel ?

Les plus de 30 ans peuvent utiliser l’un ou l’autre des deux vaccins à ARN messager (Pfizer et Moderna) de manière indifférenciée. La Haute Autorité de santé (HAS) recommande d’administrer préférentiellement le vaccin de Moderna, pour qui une efficacité légèrement supérieure sur la durée a été démontrée. La plupart des centres de vaccination ont été informés qu’ils recevraient majoritairement des doses de Moderna dans les semaines à venir, tandis que les professionnels de santé de ville, c’est-à-dire les pharmaciens, médecins généralistes, infirmières, ont pu commander de leur côté des doses de Pfizer, qui leur ont été livrées à partir du 10 décembre.

Pour les moins de 30 ans, en revanche, la HAS a recommandé dans son avis du 8 novembre de recourir au vaccin du laboratoire Pfizer/BioNTech, le Comirnaty, en raison du risque de survenue de (très rares) cas de myocardites après l’injection du vaccin de Moderna, le Spikevax, en particulier chez les jeunes hommes.

Grossesse et vaccin contre le Covid-19 : dois-je faire une dose de rappel si je suis enceinte ?

Les femmes enceintes sont également concernées par la dose de rappel contre le Covid-19. Dans un communiqué paru le 17 novembre, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) et le Groupe de recherche sur les infections pendant la grossesse (GRIG) ont insisté sur la nécessité d’accéder à une troisième dose pour les femmes enceintes « quel que soit le terme de leur grossesse » en raison « de la baisse de l’immunité dans le temps » et surtout de la « vulnérabilité particulière des femmes enceintes vis-à-vis du Covid-19, particulièrement s’il existe une comorbidité ». Une recommandation formulée également par le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) dans son avis du 19 novembre.

Une étude nationale rétrospective de cohorte menée par l’AP-HP et un groupe de recherche de l’Agence de biomédecine (ABM), publiée le 14 décembre, montre que les femmes enceintes ayant contracté le Covid-19 entre janvier et juin 2020 ont été plus souvent hospitalisées en soins intensifs et que leur taux de mortalité était plus élevé que les femmes enceintes n’ayant pas le Covid.

Le Monde



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *