fbpx

En Chine, la politique zéro Covid accentue le ralentissement de l’économie


A Pékin, le 5 mai 2022.

Ecoles fermées au moins jusqu’au 11 mai, stations de métro grillagées pour limiter les déplacements, cafés et restaurants contraints de ne proposer que de la vente à emporter, télétravail généralisé et, surtout, tests quasi quotidiens pour les 21 millions d’habitants…  Depuis deux semaines, Pékin multiplie les mesures préventives pour éviter ce qui serait perçu comme un revers politique et économique majeur : le confinement de toute la ville. La capitale ne veut pas connaître le même sort que Shanghaï, cette mégapole transformée en une immense prison pour 26 millions de personnes depuis près de six semaines. Avec succès, pour le moment, puisqu’on n’y compte que quelques dizaines de cas de Covid par jour, contre plusieurs milliers à Shanghaï.

Lire aussi : La Chine censure ses économistes au nom de la politique zéro Covid-19

Mais ce régime d’exception ne peut devenir la norme. Deux enquêtes publiées jeudi 5 mai ont confirmé le moral en berne des milieux économiques. Jamais, depuis février 2020 et le confinement de Wuhan (Hubei, est), les PME chinoises n’ont été aussi pessimistes. L’indice Caixin, qui évalue les perspectives d’activité dans l’industrie, est tombé à 46 en avril. Il était à 48,1 en mars, sachant qu’un indice inférieur à 50 est signe de contraction de l’activité. C’est encore pire dans les services, où l’indice est tombé de 42 à 36,2.

Difficile, pour un chef d’entreprise, d’être optimiste : selon la banque Nomura, 46 villes chinoises représentant le quart de la population et 35 % du produit intérieur brut (PIB) du pays connaissent actuellement un confinement total ou partiel. Dernier exemple en date, les 10 millions d’habitants de Zhengzhou, cette ville du Henan (est) connue pour abriter la plus grande usine d’iPhone du monde, vont rester confinés chez eux au moins jusqu’au 11 mai, après la découverte de quelques dizaines de cas positifs, ces deux dernières semaines.

« Le temps est loin où l’on pourra relâcher les efforts »

Nul ne peut dire combien de temps cette situation va durer. Jeudi, le Global Times estimait que le confinement de Shanghaï pourrait durer « jusqu’à fin mai ». Le même jour, Joerg Wuttke, président de la chambre de commerce européenne en Chine, a présenté une enquête réalisée, fin avril, auprès de ses adhérents : 58 % d’entre eux prévoient que les mesures prises pour lutter contre le Covid-19 provoqueront une baisse de leur chiffre d’affaires, et 23 % sont prêts à « envisager » de transférer au moins une partie de leurs investissements dans un autre pays. « La Chine doit changer de politique, apprendre à vivre avec le Covid et vacciner sa population, mais elle est victime de ses succès passés [contre le variant Delta] et va maintenir sa politique zéro Covid », prévoyait M. Wuttke en début d’après-midi.

Il vous reste 60.93% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.