fbpx

il faut réagir maintenant ou jamais ! »


La situation de la recherche en France n’est pas bonne. Les résultats de l’appel d’offres lancé par le Conseil européen de la recherche qui attribue trois types de contrats sur projets (financements de 2 millions d’euros sur cinq ans), à l’élite de la recherche européenne, sont tombés. La France qui, jusque dans les années 2010, tenait son rang en Europe en se hissant à la deuxième place, et titillant parfois le Royaume-Uni pour la première place, se retrouve en queue de peloton.

En ce qui concerne les contrats « avancés », cette année, dans les sciences du vivant, la France n’a que quatre lauréats à égalité avec l’Irlande, loin derrière l’Allemagne (17), l’Angleterre (14) et les Pays-Bas (10). Si, en sciences physiques, la France obtient 15 lauréats, l’Allemagne en a 31. En sciences humaines, nous nous hissons à la troisième place avec six lauréats, l’Angleterre en ayant 13. Dans la catégorie « consolidator », nous obtenons 29 lauréats sur un total de 313 projets financés, loin derrière l’Allemagne (61) et l’Angleterre (41). Constat moins sévère chez les juniors, où près d’une soixantaine sont lauréats sur un total de 397, juste derrière l’Allemagne. On ne peut que saluer les résultats de cette dernière qui a – il y a peu – considérablement revu sa politique de recherche en matière de budget et de financement basé sur l’excellence.

« Regardons simplement les déroulés des grands meetings internationaux où nous brillons par notre absence »

Sourd aux alertes formulées par de nombreux scientifiques et après plus de vingt ans de désintérêt de l’Etat, de maladresses du monde syndical, et de faible mobilisation des chercheurs eux-mêmes, il nous faut malheureusement constater que nous ne jouons plus les premiers rôles sur la scène européenne, ce que la crise due au Covid-19 nous avait indiqué avec notre incapacité à produire un vaccin.

Cinq ans de retard en recherche

Notons également combien les candidats au poste suprême, tous adeptes du bien-être de nos concitoyens, n’ont pas fait de la recherche un axe prioritaire. A l’heure où des esprits qui se croient éclairés ne veulent plus considérer le niveau de nos publications scientifiques en termes de facteurs d’impact (un indice de la visibilité des travaux), regardons simplement les déroulés des grands meetings internationaux où nous brillons par notre absence. Avouons-le donc, nous avons pris au moins cinq ans de retard en recherche, ce qui est d’autant plus fâcheux que nous avons encore la possibilité de faire une recherche d’excellence.

Il vous reste 56.11% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.