fbpx

« Passer d’une logique de compétition entre Etats à une logique de coopération »


Après les 750 milliards d’euros de prêts et subventions du plan Next Generation EU, voici les 210 milliards d’euros du plan REPowerEU. Nés de deux urgences, le Covid-19 et la guerre en Ukraine, ils ont en commun de viser une coordination accrue des politiques industrielles des Etats membres dans des secteurs-clés et de placer, pour les décennies à venir, les investissements publics d’infrastructure au cœur de l’intégration économique européenne.

Or, si les politiques industrielles et les investissements publics d’infrastructure doivent être financés de manière accélérée, nous avons besoin aussi de nouvelles formes de coordination dans leur financement. Comment s’éloigner de la rigueur déflationniste de l’ancien pacte de stabilité pour passer à une configuration dans laquelle l’expansion de la politique budgétaire n’engendre pas d’instabilité financière ?

« Passer d’une logique de compétition entre Etats à une logique de coopération »

Écouter aussi La planification écologique, à quoi ça sert ?

Il s’agit de passer d’une logique de compétition entre Etats en vue d’accéder aux marchés financiers, sous l’hypothèse d’une efficience sans faille de ceux-ci, à une logique de coopération entre les Etats face aux marchés, afin d’en prévenir l’irrationalité potentielle.

Telle serait la tâche d’une « agence européenne pour la dette » (AED), dont l’idée a été lancée le 23 décembre 2021 dans une tribune de MM. Draghi et Macron au Financial Times. Plaidant pour de nouvelles règles européennes plus favorables aux investissements, les dirigeants italien et français y mentionnent le projet d’une « agence » pour gérer les dettes de la zone euro liées au Covid-19.

L’objection allemande

Mais maintenant, il faut oser aller plus loin. Car la situation où l’Europe se trouve plongée appelle à ne plus distinguer entre dette « normale » et dette « exceptionnelle ». Néanmoins, l’objection allemande à toute mutualisation de la dette, réaffirmée par le ministre des finances, Christian Lindner, dans un entretien, en mars, au Corriere della Sera, garde tout son sens : chaque pays membre doit demeurer responsable de sa politique budgétaire sans demander l’aide des autres pays, et surtout de leurs contribuables.

Est-il possible de construire une AED qui soit à la fois non mutualiste et coopérative, capable d’absorber toute la dette de la zone euro, passée et à venir, et même d’aider la transition de l’Union européenne (UE) vers une capacité budgétaire centrale ? C’est la configuration que nous proposons depuis 2020, avec une équipe de collègues économistes en Italie et en France.

Lire aussi la tribune : Article réservé à nos abonnés « La Suède offre un cas particulièrement intéressant de planification écologique »

L’AED qui, grâce à une capitalisation adéquate, profiterait d’une note AAA, et donc des meilleurs taux de marché, émettrait ses propres titres à échéance déterminée, mais elle prêterait les fonds levés aux pays membres selon un schéma de prêts perpétuels. Cela permettrait à tous les pays de se protéger du risque de refinancement lié aux anticipations des marchés qui, comme le montre la crise des dettes souveraines en 2012, peuvent lourdement mésestimer le « risque pays » et imposer des taux insoutenables.

Il vous reste 48% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.