fbpx

« La situation est critique pour les patients souffrant de troubles des conduites alimentaires comme pour leurs soignants »


Vous les connaissez sous le nom d’anorexie mentale, de boulimie ou d’hyperphagie boulimique. Les troubles des conduites alimentaires (TCA) sont fréquents : 19,4 % des femmes et 13,8 % des hommes, avec un pronostic sévère et trop souvent mortel. Leurs répercussions psychologiques, physiques et sociales sont graves. Les diagnostics et prises en charge sont trop tardifs, car ils sont trop peu connus. Leur repérage précoce, associé à des soins pluridisciplinaires adaptés, permet pourtant d’en guérir ou d’en améliorer considérablement l’évolution.

Pour ces raisons, la Journée mondiale des TCA a lieu tous les ans, le 2 juin, afin de sensibiliser le public, les professionnels de santé et les pouvoirs publics à la lutte contre ce fléau. L’édition 2022, menée en France avec le soutien de la direction générale de la santé, survient dans un contexte sans précédent : la pandémie de Covid-19 a favorisé le développement de TCA et aggravé ceux préexistants, engendrant une explosion de la demande de soins et l’impossibilité pour les structures spécialisées d’y répondre.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Anorexie, boulimie, aphagie… chez les jeunes, ces troubles du comportement alimentaire explosent avec la pandémie

Les TCA associent des pensées envahissantes concernant l’alimentation et le poids, des conduites de restriction ou d’excès alimentaires, qui empoisonnent la vie des sujets. Ils touchent tous les âges, évoluent sur des mois, voire des années. Souvent, ils sont cachés par ceux qui en souffrent, par honte ou culpabilité. Les repas étant au centre de la vie quotidienne et servant de support aux relations sociales, la survenue d’un TCA bouleverse toute la famille. Le rôle des proches, des parents, est crucial pour les soins et le soutien quotidien. Indispensables dans le parcours de rétablissement, ils sont accompagnés par les professionnels de santé, en lien avec les associations de familles et d’usagers.

Insuffisances structurelles

Depuis 2005, la Fédération française Anorexie Boulimie (FFAB), association de professionnels de santé, et la Fédération nationale des associations liées aux TCA (FNA-TCA), association d’usagers et de familles, agissent conjointement pour le développement d’une filière de soins spécialisés de qualité, dimensionnée aux besoins de la population. Elles alertent constamment sur la situation très préoccupante en France, plus encore depuis l’aggravation causée par la crise sanitaire.

La situation critique actuelle a été mise en lumière par une enquête nationale : les services sont saturés, les situations d’urgence vitale qui ne trouvent pas de solution d’hospitalisation se multiplient, révélant dramatiquement les insuffisances structurelles de la filière de soins pour les TCA.

Il vous reste 53.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.