fbpx

Francis Lalanne, Florian Philippot et Martine Wonner éliminés, la déroute des candidats antivax


Un nouveau coup d’épée dans l’eau. Un an après leur faible score aux élections régionales, les opposants à la politique sanitaire liée au Covid-19 n’ont pas davantage brillé aux législatives 2022. Les trois « chefs de file » de cette galaxie hétéroclite ont subi des revers lors du premier tour, dimanche 12 juin :

  • Dans la 4circonscription du Bas-Rhin, la députée sortante Martine Wonner, élue en 2017 sous les couleurs de La République en marche avant de se ranger parmi les opposants de la première heure au confinement, puis au port du masque et aux vaccins, a été éliminée dès le premier tour, avec 5,38 % des voix.
  • Florian Philippot (Les Patriotes), organisateur de rassemblements hebdomadaires contre le passe sanitaire, n’est, lui, arrivé qu’en sixième position dans la 6e circonscription de Moselle, avec 4,62 % des suffrages exprimés, ce malgré son alliance avec Debout la France !, le parti de Nicolas Dupont-Aignan. L’ancien numéro deux du Front national a malgré tout préféré positiver. « Les Patriotes n’existaient pas lors des précédentes législatives, ils s’installent cette année partout en France malgré l’énorme abstention. Merci à nos centaines de milliers d’électeurs ! », a-t-il réagi sur les réseaux sociaux, avant d’inviter à empêcher Emmanuel Macron d’obtenir une majorité.
  • Quant au chanteur Francis Lalanne, qui a participé à de nombreux rassemblements antirestrictions, il n’a réuni que 2,12 % des bulletins dans la 3e circonscription de Charente. L’ancien mitterrandiste, converti depuis aux théories du complot de la mouvance conspirationniste QAnon, s’était déjà présenté aux législatives en 2007 dans le Bas-Rhin, à l’époque sous la bannière du Mouvement écologiste indépendant d’Antoine Waechter, et avait recueilli 3,5 % des votes.

Une centaine de candidats antirestrictions sous des étiquettes variées

En tout, plus d’une centaine de candidats, souvent issus de la société civile, avaient été « labellisés » par Reciproc, un collectif créé par plusieurs associations contestataires à la coloration conspirationniste, comme BonSens, proche du site covido-sceptique France-Soir et de l’influenceur complotiste Silvano Trotta, ou l’Association internationale pour une médecine scientifique indépendante et bienveillante, qui développe un discours hostile aux vaccins contre le Covid-19.

Les profils de ces candidats étaient très diversifiés : certains se sont présentés sous des étiquettes Debout la France !, Reconquête !, ou encore Europe Ecologie-Les Verts hors Nupes. Mais ils ont tous réalisé des scores très modestes. A l’image de Grégory Pamart, médecin qui a fermé son cabinet par refus de la vaccination, qui a obtenu 2,78 % des voix dans la 12circonscription du Nord.

D’autres petits candidats s’étaient présentés sans étiquette partisane, comme le « gilet jaune » adepte de théories du complot antivaccin Olivier Rohaut, alias « Oliv Oliv » (3,37 % dans le Loiret), ou le candidat divers extrême droite Alexandre Juving-Brunet, opposant au « régime d’apartheid sanitaire », qui n’a convaincu que 1,19 % des électeurs de la 2circonscription du Var.

Résultats, participation, analyses… tout comprendre aux législatives 2022





Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.