fbpx

le gouvernement appelle à accélérer la cadence du deuxième rappel vaccinal face à la reprise de l’épidémie


Une infirmière administre une dose du vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 dans un Ehpad (établissements d’hébergement et centres de jour pour personnes âgées) à Bobigny, dans la banlieue nord-est de Paris, le 30 décembre 2020.

Un quart des personnes éligibles ont reçu leur second rappel vaccinal contre le Covid-19, un taux « clairement insuffisant » selon le gouvernement, qui a appelé, mardi 21 juin, les plus âgés à recevoir l’injection « le plus vite possible », alors qu’une « reprise épidémique modérée » s’amorce. « Cela ne va pas assez vite, il n’y a pas suffisamment de gens qui viennent se faire vacciner », s’est inquiété le ministère de la santé lors d’un point-presse.

A ce jour, moins de 2,2 millions de seconds rappels ont été injectés, sur plus de 8,7 millions de personnes éligibles – essentiellement les plus de 60 ans, ainsi que les immunodéprimés. Pourtant, avec presque 200 000 « quatrièmes doses », la semaine écoulée a été la plus prolifique depuis le lancement de la campagne à la mi-mars. Mais la règle des six mois depuis le premier rappel fait gonfler en parallèle la population éligible, qui dépassera les neuf millions au début du mois de juillet.

Lire aussi : Covid-19 : l’ombre des variants BA.4 et BA.5 plane sur l’été

Vive inquiétude chez les résidents des Ehpad

L’inquiétude est particulièrement vive chez les résidents des Ehpad (48 % d’éligibles vaccinés) et les autres personnes de plus de 80 ans (31 %), qui doivent « se faire vacciner le plus vite possible pour passer l’été et l’automne sereinement », a insisté le ministère.

Pointant également « des taux de vaccination clairement insuffisants », le Pr Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, a souligné que la « diminution significative » de la protection générée par le premier rappel « justifie pleinement » une nouvelle dose chez les plus âgés pour « les protéger des formes graves jusqu’à l’automne ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Covid-19 : l’arrivée de BA.4 et BA.5 en France va-t-elle entraîner une nouvelle vague de contaminations ?

D’autant plus que la « reprise épidémique modérée » observée ces dernières semaines (le nombre de cas a plus que doublé en trois semaines) « s’accompagne d’une petite reprise des hospitalisations » et risque d’entraîner « une hausse décalée dans le temps » des entrées en soins critiques et des décès, a-t-il relevé. Raison de plus pour ne pas attendre les nouveaux vaccins – en particulier, ceux de Pfizer, de Moderna, de Sanofi et de Hipra, a-t-il précisé –, même si « l’idéal serait qu’ils soient disponibles au moment de la campagne antigrippale » pour un nouveau rappel en fin d’année.

Voir les graphiques : Covid-19 : le tableau de bord de l’épidémie

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.