fbpx

A La Teste-de-Buch, en Gironde, « il y aura un avant et un après l’incendie »


« J’aurais pu commencer par “quel désastre !”, mais ce soir c’est un hommage à tous les pompiers. » Les mots de Patrick Davet, le maire (divers droite) de La Teste-de-Buch (Gironde), sont là pour réconforter. Devant plusieurs centaines de personnes et de nombreux élus des communes du bassin d’Arcachon réunis, ce jeudi 4 août, pour l’inauguration des Fêtes du port, qui se déroulent jusqu’à dimanche soir, l’élu, 64 ans, est, bien sûr, revenu sur le drame vécu par sa commune.

Le 12 juillet, un feu démarrait dans la forêt qui jouxte le bourg de La Teste-de-Buch, se propageant rapidement et dévorant 7 000 hectares de bois, un incendie considéré comme « fixé » seulement onze jours plus tard. En additionnant le feu voisin de Landiras, qui a débuté le même jour, ce sont 20 800 hectares de forêt qui ont été consumés, entraînant l’évacuation de 36 750 personnes, mais sans faire de victimes.

Patrick Davet, le maire de La Teste-de-Buch, au micro, remet des médailles de la Ville aux sapeurs-pompiers engagés dans la lutte contre l’incendie, lors de la soirée de lancement des Fêtes du port, le 4 août 2022.

De quoi inciter Patrick Davet à utiliser tous les superlatifs pour célébrer le courage des « guerriers du feu ». Sur les stands des nombreux restaurants disposés autour du port, les affiches de remerciement sont partout. Et les quelque 5 000 personnes qui se pressent là, heureuses de retrouver ces fêtes, après deux années de suspension pour cause de Covid-19, ne manquent pas d’évoquer le drame autant que la nécessité de reprendre le cours estival du bassin d’Arcachon et de ses nombreux « bijoux » qu’aime à vanter le maire – la dune du Pilat, le lac de Cazaux, le banc d’Arguin, une réserve naturelle… –, tant prisés par ses habitants et ses vacanciers. La commune compte 28 000 habitants, un chiffre multiplié par dix l’été, selon la mairie, dont un quart de résidences secondaires, pour un territoire qui couvre 180 kilomètres carrés.

Un lieutenant des sapeurs-pompiers montre les dessins d’enfants en hommage à leur travail, à la caserne de La Teste-de-Buch en Gironde, le 4 août 2022.
Dessin d’enfant, à la caserne des sapeurs-pompiers de La Teste-de-Buch en Gironde, le 4 août 2022.

« On tourne nuit et jour »

La solidarité donc. Chacun y va de son engagement. Le président des forains, dont les attractions égaient les Fêtes du port, assure que les recettes seront « reversées intégralement aux pompiers » et que leurs enfants « auront accès gratuitement aux manèges samedi ». Le président de l’Association communale de chasse agréée (ACCA), Frédéric Mora, annonce, lui, qu’aucun chevreuil ne sera tiré cette année. « On a dû perdre 30 % de chevreuils, beaucoup de chevreaux qui étaient nés un mois à un mois et demi avant le feu, et j’ai gelé le plan de chasse pour que la nature reprenne ses droits, que les animaux déstressent », explique ce chasseur de 55 ans. Les sangliers, nombreux dans la forêt, n’auront pas droit à la même mansuétude. Les chasseurs sont mis à contribution pour surveiller la forêt. « On tourne nuit et jour, on observe comment la faune réagit. On a, sitôt l’incendie fixé, apporté 8 000 litres d’eau pour organiser des points afin que les animaux puissent boire », complète Frédéric Mora.

Il vous reste 66.65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.