Angleterre, tout savoir sur l’équipe


Harry Kane (au centre), congratulé par ses coéquipiers Raheem Sterling et Phil Foden, lors de l’ouverture du score de leur équipe contre la Pologne, en match de qualification pour la Coupe du monde 2022, le 31 mars à Wembley (Angleterre).

The Three Lions. La « squad » anglaise est communément appelée « les Trois Lions », en référence aux trois léopards d’or sur fond rouge des armoiries de l’Angleterre.

  • Le calendrier (heure française)

13 juin : Angleterre – Croatie, 15 heures, à Londres

18 juin : Angleterre – Ecosse, 21 heures, à Londres

22 juin : République tchèque – Angleterre, 21 heures, à Londres

Les deux premiers de chaque groupe ainsi que les quatre meilleurs troisièmes se qualifient.

  • L’équipe qui devrait jouer

Jordan Pickford – Harry Maguire, John Stones, Kyle Walker – Luke Shaw, Jordan Henderson, Mason Mount, Reece James – Raheem Sterling, Harry Kane, Phil Foden.

En neuf participations, l’Angleterre n’a jamais fait mieux qu’une modeste troisième place, en 1968. Un palmarès indigent pour le pays qui a inventé le football.

  • Le sélectionneur : Gareth Southgate

Depuis qu’il a pris les rênes de l’équipe d’Angleterre, fin 2016, Gareth Southgate s’est employé à redonner confiance à une équipe humiliée par sa défaite contre l’Islande (1-2) en huitièmes de finale de l’Euro 2016. Dans les faits, l’ancien joueur de Middlesbrough et d’Aston Villa a surtout appris à gérer les frasques de ses joueurs : Mason Greenwood et Phil Foden, suivis de Tammy Abraham, Ben Chilwell et Jadon Sancho, qui tous ont été pris en flagrant délit de violation du protocole sanitaire ; Harry Maguire, reconnu coupable d’agression en Grèce ; Raheem Sterling et Joe Gomez, qui ont eu une altercation« A l’approche de l’été, nous devons nous assurer d’arriver au camp en nous donnant les meilleures chances de nous concentrer sur le football », veut-il croire.

Amateur en toutes circonstances du gilet-chemise-cravate, le technicien anglais peut au moins se targuer de montrer l’exemple : en avril 2020, en pleine crise du Covid-19, il avait accepté de baisser son salaire de 30 % pour aider la Fédération anglaise de football.

« Quoi, il est pas beau mon gilet ? » : le sélectionneur anglais, Gareth Southgate, lors du Mondial russe, en 2018.

Attention prodige. A 20 ans, Phil Foden affole les statistiques du championnat anglais. Couvé dès l’enfance par Manchester City, le gamin de Stockport est devenu, à 17 ans, en 2018, le plus jeune joueur champion de Premier League. Pep Guardiola, qui n’a de cesse d’encenser sa pépite, dit de lui qu’il est « le joueur le plus talentueux [qu’il ait] jamais vu dans [sa] carrière d’entraîneur ».

Le coach des Citizens voit juste : Phil Foden a largement contribué au succès anglais au Mondial 2017 des moins de 17 ans. Et, pour ses débuts avec les Three Lions, en septembre 2020, en Ligue des nations contre l’Islande, il s’est encore distingué… en enfreignant cette fois, avec son complice Mason Greenwood, le protocole sanitaire : ils ont invité des dames dans leur chambre d’hôtel pour « fêter » la victoire de l’Angleterre. Scandale outre-Manche et amende honorable sur les réseaux sociaux. Le jeune impudent a été écarté de la sélection pendant deux mois.

  • Ça s’est passé à l’Euro

Le 26 juin 1996, l’équipe d’Angleterre du bad boy Paul Gascoigne est en demi-finale de « son » Euro face à l’Allemagne. Après un poussif match nul (1-1) contre la Suisse, les Three Lions ont enfin lancé leur compétition, martyrisant les défenses écossaise (2-0) et néerlandaise (4-1) dans le sillage du légendaire Alan Shearer… qui finira meilleur buteur de la compétition, après presque deux ans de disette en sélection. L’attaquant de Newcastle ouvre le score dès la 3minute, mais la Mannschaft réplique au quart d’heure de jeu. Le score ne bougera plus : séance de tirs au but.

Le pays retient son souffle. Les cinq premiers tireurs de chaque équipe ne tremblent pas. C’est au tour de Gareth Southgate, qui s’avance pour tirer, mais bute sur le gardien allemand, Andreas Köpke. Jamais plus l’Anglais ne tirera un penalty de sa carrière. Derrière lui, Andreas Möller envoie l’Allemagne en finale face à la République tchèque, pour un troisième succès à l’Euro (2-1).

https://www.youtube.com/watch?v=3EiE7eLWI_M

L’histoire d’amour de l’Angleterre avec l’Union européenne (UE) a pris fin le 23 juin 2016, quand les Britanniques se sont prononcés à 52 % pour le Brexit. Mais avait-elle seulement commencé un jour ? Churchill n’affirmait-il pas que, si le Royaume-Uni devait un jour choisir entre l’Europe et « le grand large », il choisirait toujours « le grand large », autrement dit les Etats-Unis ?

En matière de football, la fédération anglaise, plus ancienne association de football au monde (créée en 1863), s’est fait désirer un an avant d’adhérer à la Fédération internationale, la FIFA… dont elle quittera le giron plusieurs fois – passant ainsi à côté des Coupes du monde de 1930, 1934 et 1938 – avant de le réintégrer en 1946. Le scénario se répétera-t-il avec l’UE ?

En 1996, lors de l’Euro organisé à domicile, l’Angleterre tout entière danse aux exploits de la sélection, et surtout de la chanson Three Lions, qui s’impose rapidement comme hymne non officiel de la sélection nationale. « It’s coming home, it’s coming home, it’s coming, football’s coming home » : de Newcastle à Londres, son refrain, interprété par le musicien Ian Broudie et les comédiens Frank Skinner et David Baddiel devient un tube, et sera même repris lors de la Coupe du monde en Russie en 2018 (défaite des Anglais en demi-finale contre les Croates).

Si la gastronomie anglaise n’est pas de celles qui vous décrocheront la mâchoire, il n’en demeure pas moins qu’un roast-beef et sa gravy sauce, le tout accompagné d’un Yorkshire pudding tordront volontiers le cou aux clichés. Et pour la jouer vraiment local, vous pouvez tenter un verre de Sixteen Ridges.

Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *