fbpx

Tour de France 2021, la gazette : répit, fleurs et sprinteur-grimpeur

[adinserter block= »1″]

  • L’étape du jour : Albertville-Valence, 190 kilomètres

Après un lundi consacré à la récupération et au soin des corps meurtris par les Alpes, les coureurs remontent en selle, mardi 6 juillet, pour une étape – a priori – assez calme, entre Albertville (Savoie) et Valence (Drôme). Au menu, du plat, quelques petites côtes et une seule difficulté répertoriée : une ascension de 4e catégorie avec le col de Couz (7,4 kilomètres à 2,8 %). Autrement dit, une simple formalité pour les coureurs, après un week-end plus qu’éprouvant.

Lire aussi Tour de France 2021 : Ben O’Connor s’impose à Tignes au terme d’une neuvième étape dantesque

Exit les grimpeurs, ce sont donc les sprinteurs qui devraient s’illustrer lors de cette 10e étape. Le sprint intermédiaire de la Placette (au kilomètre 82) ainsi que l’arrivée à Valence pourraient permettre aux spécialistes d’engranger des points. En 2018, la ville drômoise avait d’ailleurs vu s’imposer le porteur du maillot vert, le Slovaque Peter Sagan.

Ce parcours relativement plat va surtout permettre aux grimpeurs de s’économiser en vue de l’étape suivante. Car le répit sera de courte durée : la double ascension du mont Ventoux attend les coureurs mercredi, juste après leur arrivée dans la vallée du Rhône.

Tracé de la dixième étape du Tour de France 2021.
  • Le coureur à suivre : Sonny Colbrelli

L’Italien Sonny Colbrelli (Bahrain Victorious) lors de la 9e étape entre Cluses et Tignes, dimanche 4 juillet.

Il a étonné tout le monde, peut-être lui le premier, en terminant troisième à Tignes (Savoie), pour clore la séquence alpestre, dimanche 4 juillet. Car Sonny Colbrelli est avant tout un sprinteur. Voire un puncheur, capable de passer correctement des bosses, mais pas celui qu’on attend sur le podium d’une étape normalement promise aux purs grimpeurs.

Avec cette performance, le coureur de la formation Bahrain Victorious a signé une belle opération dans la course au maillot vert lors de la 9e étape. Troisième au classement par points, à 47 unités de Mark Cavendish, l’Italien peut encore rêver revêtir la tunique dite du « meilleur sprinteur » à Paris. « J’aurai encore des opportunités, et je vais essayer de gagner ce maillot », a-t-il d’ailleurs confié.

Le coureur de 31 ans avait pourtant démarré son Tour d’une manière un peu chaotique. Accusé d’avoir provoqué la chute du Slovène Primoz Roglic lors de la 3e étape, Colbrelli s’était ensuite défendu de toute responsabilité.

Chez Arkéa-Samsic, jour de repos rime avec cadeaux. Pour cette première journée de relâche du Tour 2021, l’équipe française a décidé d’honorer sa cuisinière en lui offrant des fleurs. C’est Nairo Quintana en personne, et en français s’il vous plaît, qui lui a remis le bouquet.

La veille, le Colombien s’était également illustré, sur son vélo cette fois-ci, en obtenant de haute lutte le maillot à pois après l’étape dantesque entre Cluses et Tignes. L’actuel meilleur grimpeur semble prêt à lutter pour conserver sa tunique jusqu’à Paris. « C’est une grande émotion d’avoir endossé ce maillot, a-t-il déclaré au micro de France Télévisions. Je vais le défendre jusqu’au bout. »

« Sur une journée, certains peuvent encore tout perdre »

Alors que beaucoup considèrent que le Tour est déjà gagné pour Tadej Pogacar, le Français David Gaudu (Groupama-FDJ) estime que la suite de la course peut encore réserver des surprises. Dans une interview donnée lundi à L’Equipe, il reconnaît que le jeune Slovène « a bluffé tout le monde [samedi], hier [dimanche] aussi dans une moindre mesure ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Tour de France 2021 : Tadej Pogacar, « un pro qui roule avec des cadets »

Mais au vu de la première semaine marquée par des chutes à répétition et les abandons de certains cadors, le leader de la Groupama-FDJ a envie de croire que tout n’est pas joué d’avance. « Il reste le Ventoux, les Pyrénées… Paris est encore loin. » L’arrivée sur les Champs-Elysées est en effet prévue le 18 juillet. « On n’est pas à l’abri qu’énormément de coureurs craquent » avant cette date, ajoute le Français, 10e du général à plus de sept minutes du leader.

Les neuf étapes de cette exigeante 108e édition de la Grande Boucle n’auront épargné ni les corps ni les esprits. La première journée de repos, à Tignes, était donc plus qu’attendue. Comme en 2020, Covid oblige, une bulle sanitaire est en place autour des coureurs. Ce qui les empêche de voir leurs proches, mais leur laisse plus de temps pour la récupération physique. Lors de ce jour « off », les athlètes sont donc passés par la case soins, à l’image du Français Dorian Godon (AG2R-Citroën). De quoi recharger les batteries avant de quitter les Alpes pour la Drôme.

Notre sélection d’articles sur le Tour de France 2021

Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.