come-back, protestation et alcool interdit


Retour sur les épreuves de la journée.

Florent Manaudou a pris la médaille d’argent du 50 m nage libre derrière l’intouchable Américain Caeleb Dressel, dimanche 1er août aux Jeux olympiques de Tokyo.

Quel come-back ! Cinq ans après avoir arrêté la natation sur deux médailles d’argent aux Jeux de Rio, et deux ans après être revenu dans les bassins, Florent Manaudou a décroché l’argent olympique dimanche au 50 m nage libre, derrière l’intouchable Américain Caeleb Dressel. La France a également remporté une nouvelle médaille d’or grâce à la victoire des fleurettistes face à la Russie (45-28). Grâce à ces deux nouvelles breloques, la délégation française possède désormais 21 médailles.

En athlétisme, le 100 m a trouvé le successeur d’Usain Bolt… et il s’agit à la surprise générale de l’Italien Lamont Marcell Jacobs qui a remporté la course en 9 sec 80 devant l’Américain Fred Kerley et le Canadien Andre de Grasse.

En volley, la France s’est qualifiée pour les quarts de finale, en remportant deux sets contre le Brésil, malgré leur défaite 3-2. Ils affronteront la Pologne mardi.

Lire notre compte-rendu : « Revenus plusieurs fois de l’enfer », les volleyeurs français accèdent aux quarts de finale

Et aussi…

En athlétisme, la Vénézuelienne Yulimar Rojas a battu le record du monde du triple saut qui datait de 1995 avec une marque de 15 m 67 ;

Au tennis, l’Allemand Alexander Zverev, tombeur de Novak Djokovic en demi-finale, a remporté l’or olympique face au Russe Karen Khachanov (6-3, 6-1) ;

En BMX Freestyle, Anthony Jeanjean n’a pas réussi à monter sur la boîte lors de la finale, et a chuté lors de son deuxième passage ;

En handball, les Bleus, assurés de finir premier de leur groupe, ont perdu leur dernier match contre la Norvège (32-29). Ils affronteront le Bahreïn en quarts de finale mardi.

Découvrez le menu de demain.

Porteur du drapeau lors de la cérémonie d’ouverture avec la judoka Clarisse Agbegnenou, le gymnaste Samir Aït Saïd va tenter de monter sur le podium en finale des anneaux lundi à partir de 10 heures (heure de Paris), cinq ans après sa terrible blessure aux JO de Rio.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi JO de Tokyo 2021 : Samir Aït Saïd ou la renaissance éternelle

En basket, les Bleues vont affronter l’ogre américain – sextuple champion olympique en titre – à 6 h 40 et vont tenter de se qualifier en quarts de finale après une défaite contre le Japon et une victoire contre le Nigeria.

En équitation, l’équipe de France composée de Christopher Six, Karim Laghouag et Nicolas Touzaint va aborder lundi le saut d’obstacles, dernière épreuve du concours complet, après être remontée dimanche de la 9e à la 3e place du classement à la suite du cross.

Cinquième avec seulement une victoire en quatre rencontres, l’équipe de France de handball féminin va tenter de se qualifier pour les quarts de finale contre le Brésil (4 heures). La journée de lundi sera aussi marquée par le début des épreuves de lutte et de cyclisme sur piste.

Les Jeux en un cliché.

Mourad Aliev est resté de longues minutes assis après sa disqualification, dimanche 1er août à Tokyo.

Ce sera l’une des images fortes de ces Jeux olympiques. Le boxeur français Mourad Aliev est resté prostré de longues minutes au bord du ring pour protester contre sa disqualification en quarts de finale des + 91 kg pour des coups de tête au Britannique Frazer Clarke. Une décision arbitrale qu’il ne digère pas : « Je me suis toujours battu contre les injustices. Aujourd’hui, j’en subis une. Tous mes entraîneurs, mes supporters, tous les gens ont vu que j’ai gagné et que je me suis fait voler. Franchement la boxe olympique… Je n’ai pas les mots. »

Durant le combat, Clarke a dû se faire soigner par deux fois l’arcade sourcilière gauche et c’est après le deuxième soin que l’arbitre, regroupant les boxeurs, a signifié sa décision. Incrédule et en colère, Aliev, qui semblait dominer le combat après un premier round donné gagnant trois juges à deux, a tourné en rond sur le ring après cette disqualification.

« Il n’y a aucun recours, a regretté John Dovi, le directeur technique national de la boxe. Le superviseur atteste d’une erreur d’arbitrage, il dit qu’il n’y a aucune erreur de la part de Mourad mais ils ne peuvent rien faire. » Aliev était la dernière chance de médaille française pour la délégation de boxe, qui n’aura pas réussi à rééditer ses performances de Rio (six breloques).

Les Olympiens au micro.

Caeleb Dressel après sa victoire en 50 m, dimanche 1er août à Tokyo.

« Vous ne dormez pas bien, vous n’arrivez pas à faire la sieste, vous tremblez tout le temps, vous ne mangez pas »

C’est la star de cette première semaine des Jeux olympiques. Le nageur américain Caeleb Dressel a remporté pas moins de cinq médailles d’or à Tokyo : trois en individuel, sur 50 m, – devant Florent Manaudou –, 100 m et 100 m papillon, ainsi que deux sur les relais en 4×100 m et 4×100 m 4 nages. Il a également signé deux records du monde sur 100 m papillon et avec le relais 4×100 m 4 nages.

Mais pour Dressel, cette semaine de compétition a été éprouvante, a-t-il reconnu en conférence de presse. « Il y a eu des moments pas agréables, je dirais même que la majorité du temps, ça ne l’était pas, a-t-il expliqué. J’essayais de me convaincre que Mondiaux et JO, c’était la même chose, mais c’est très différent. C’est un événement qui n’arrive que tous les quatre ans, des courses qui durent 40 secondes et quelques, ou 20 secondes et quelques, et vous devez être parfait à ce moment précis. Toute votre vie tient à ces 20 ou 40 secondes. »

Lire aussi JO de Tokyo 2021 : derrière la médaille de Florent Manaudou, la natation française nage à vue

Instantané de nos envoyés spéciaux.

Attention, dédale. Déposés aux abords du Stade olympique en vue de la soirée d’athlétisme (et une finale du 100 mètres), vos envoyés spéciaux pensaient être arrivés à bon port. Mais la porte opportunément placée à quelques encablures ne donnait pas sur le théâtre de l’athlétisme. Dans un enchaînement de couloirs et d’escaliers, de conseils de volontaires et de demi-tours, nous voilà arrivés en tribune de presse… mais de la salle hébergeant la compétition de tennis de table, collée au stade.

Tentant de retrouver notre chemin, nous suivons un long couloir, au bout duquel luit une grande lumière blanche. Et nous voilà rejoints par une cohorte de gaillards revêtus du survêtement de l’équipe d’Espagne, et dont le gabarit n’évoque guère les pongistes. Fondus au sein de cette troupe, nous débarquons sous le stade, à l’endroit d’où partent les équipes de… waterpolo. Sans que personne ne nous ait rien demandé. Au final, une aimable volontaire se plie en quatre pour nous escorter à bon port, et nous permettre d’assister à la soirée d’athlétisme sans coup férir. La prochaine fois, on vérifiera l’entrée.

Les autorités olympiques sont toujours aussi inflexibles avec les règles dans le village olympique, alors que Tokyo a prolongé vendredi son état d’urgence en raison de la situation sanitaire. Après que deux athlètes géorgiens ont vu leurs accréditations retirées pour être sortis sans raison valable du village, une enquête vient d’être ouverte car de « nombreux sportifs » et membres du staff d’une délégation dont la nationalité n’a pas été révélée ont été surpris en train de boire de l’alcool en extérieur samedi soir, a fait savoir dimanche Toshiro Muto, président du comité d’organisation des JO.

Or les 11 000 athlètes présents aux Jeux avaient été prévenus en arrivant à Tokyo que la consommation d’alcool en groupe était interdite pour limiter les infections au Covid-19.

Notre sélection d’articles sur les JO de Tokyo 2021

Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *