les quatre nations à nouveau réunies


Après une édition 2020 disputée seulement entre voisins néo-zélandais et australiens pour cause de pandémie, les champions du monde sud-africains et les Argentins effectuent leur retour dans la compétition phare de l’hémisphère sud.

L’édition 2021 du Rugby Championship commence samedi, sans favori clair entre des Sud-Africains de retour, des Néo-Zélandais qui évolueront loin de leurs bases et des Argentins désireux de confirmer leurs progrès. La compétition reprend donc enfin ses droits, avec quatre équipes pour justifier à nouveau son sobriquet de Four Nations. Et pourtant, l’engouement n’est pas toujours au rendez-vous. Ainsi, ce samedi (9h05 française) à Auckland, le choc en ouverture entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie ne suffit pas à passionner les supporters des All Blacks, tenants du titre.

Malgré le clinquant de l’affiche, le stade ne devrait être qu’à moitié plein. D’autant plus surprenant que ce match sera le seul à domicile des Kiwis dans ce championnat des nations de l’hémisphère Sud, toujours bousculé par la pandémie de Covid-19. Le variant Delta du coronavirus, très contagieux, progresse désormais en Australie, jusqu’ici largement épargnée du fait de sa stricte stratégie « zéro Covid ». La Nouvelle-Zélande appliquant la même politique drastique, les Blacks pourraient être partis pour cinq mois loin de leurs bases.

Cinq mois loin de la Nouvelle-Zélande pour les All Blacks ?

Ils affronteront en effet l’Argentine (11 et 18 septembre) en Australie, et probablement aussi l’Afrique du Sud (25 septembre, 2 octobre), avant de s’envoler pour une tournée dans l’hémisphère Nord qui passera par le Stade de France. «On a beaucoup d’options et l’une d’entre elles est de rester hors des frontières pour un long moment. C’est l’option la plus probable, à moins que les choses changent», a confirmé le sélectionneur néo-zélandais, Ian Foster.

Sur le terrain, ce match aura pourtant des airs de « finale » avant l’heure, à en croire le capitaine des Blacks, Sam Whitelock. En cas de victoire samedi, les Kiwis prendront un bon départ dans le Championship et remporteront aussi la Bledisloe Cup, trophée de prestige allant au vainqueur d’une confrontation entre Blacks et Wallabies. Par rapport au dernier Test entre les deux adversaires samedi dernier, où les Blacks l’avaient emporté 33-25, Ian Foster n’a effectué qu’un changement dans son XV: Will Jordan fait son entrée sur l’aile droite, pour pallier la blessure d’Anton Lienert-Brown.

Le sélectionneur des Wallabies Dave Rennie a lui effectué quatre changements, avec notamment le retour de l’ailier vedette Marika Koroibete, exclu du premier rendez-vous pour motifs disciplinaires. «C’est un vrai jeu d’échecs qui se joue là. C’est là que nos entraîneurs et joueurs d’expérience ont de la valeur, donc j’espère qu’on pourra effacer les faiblesses qu’on a vues dans notre jeu», a dit Sam Whitelock.

Afrique du Sud-Argentine à huis clos

Les Sud-Africains, de retour après une édition 2020 manquée à cause du Covid, débutent eux à domicile contre l’Argentine avec l’ambition de donner de l’air à leur pays en crise. «Les Springboks sont bien plus qu’une équipe de rugby: ceux qui portent le maillot vert et or donnent de l’espoir au peuple de notre beau pays en ces temps difficiles», a commenté le capitaine Siya Kolisi. Les champions du monde en titre reçoivent l’Argentine samedi (17h05) à Gqeberha, à huis clos, le coronavirus faisant toujours des ravages dans le pays. Après une série remportée face aux Lions britanniques et irlandais (2 victoires, 1 défaite), le sélectionneur Jacques Nienaber a choisi de mettre les cadres au repos avec 10 changements dans son XV de départ.

Face à eux, les Argentins espèrent montrer qu’ils ont changé de dimension, dans ce tournoi où ils n’ont évité qu’une seule fois la dernière place. Et pour cause : l’an dernier, les Pumas ont certes fini derniers, mais à égalité de points avec les Wallabies et surtout en ayant battu les All Blacks.

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *