Naomi Osaka s’est sentie «ingrate» pour son attitude envers le tennis


La numéro 2 mondiale est revenue en conférence de presse sur son attitude sur les courts ces dernières semaines et annonce avoir changé d’état d’esprit.

Après s’être imposée en trois sets contre Coco Gauff lors du deuxième tour de l’Open de Cincinnati, Naomi Osaka est revenue en conférence de presse sur son passage compliqué, notamment dans ses relations avec la presse. Interrogée sur son anxiété face aux médias lors du tour précédent, la Japonaise s’était effondrée avant de quitter la conférence de presse. Cette fois-ci plus apaisée, la numéro 2 mondiale a pris du recul et avoue avoir changé sa perception face aux évènements en Haïti ou en Afghanistan.

«Je me demandais pourquoi j’étais si affectée, je suppose, comme ce qui me poussait à ne pas vouloir échanger avec les médias», a déclaré la jeune femme de 23 ans lors d’une conférence de presse. Avant d’elle-même trouver un élément de réponse : «Je me demandais si j’avais peur, parce que parfois je voyais des gros titres sur des joueurs qui perdaient et le lendemain, le titre parlait d’un effondrement ou du fait qu’ils n’étaient plus assez bons.»

«J’ai beaucoup changé mon état d’esprit»

Naomi Osaka explique désormais affronter cela avec un tout autre point de vue : «J’ai beaucoup changé mon état d’esprit. Même si j’avais perdu, j’aurais eu le sentiment d’être une gagnante. Tellement de choses se passent dans le monde actuellement… Le choix d’aller sur le terrain et de jouer, de voir des fans qui viennent me regarder jouer, c’est déjà un accomplissement.» Porteuse d’un nouvel état d’esprit, elle évoque elle-même cette période où elle ne prenait plus de plaisir à jouer au tennis, préférant déclarer forfait plutôt que d’avoir à répondre aux questions des journalistes en conférence de presse. «Je ne sais pas quand j’ai commencé à désensibiliser tout ça. Comme si ça ne représentait plus un accomplissement pour moi. J’ai donc eu l’impression d’être très ingrate à ce sujet.»

«Je voudrais être moi-même dans cette situation plutôt que n’importe qui d’autre dans le monde»

La quadruple championne du Grand Chelem a déclaré que les restrictions imposées par la pandémie de COVID-19 avaient rendu les choses «vraiment stressantes» pour elle, mais les événements récents en Haïti et en Afghanistan l’ont amenée à changer de perspective. Entrée sur le court de Cincinnati avec un masque imprimé du drapeau d’Haïti, la joueuse a déjà annoncé qu’elle reverserait son prize money de Cincinnati pour soutenir le pays après le tremblement de terre (bilan provisoire de 2 189 morts), dont est originaire son père. Celle qui avait été le dernier relais de la flamme olympique des JO de Tokyo s’estime chanceuse d’être dans sa position : «Pour moi, frapper une balle de tennis aux États-Unis en ce moment et avoir des gens qui viennent me regarder jouer…. Je voudrais être moi-même dans cette situation plutôt que n’importe qui d’autre dans le monde.»

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *