fbpx

Martinez envoie l’Inter en finale aux dépens de l’AC Milan

[adinserter block= »1″]

Lautaro Martinez, avec un doublé, et Robin Gosens ont envoyé l’Inter Milan en finale de la Coupe d’Italie aux dépens de l’AC Milan (3-0) dans un derby joué à cent à l’heure en demi-finale retour, après le terne 0-0 de l’aller.

Les Nerazzurri, qui pourront remercier la VAR pour un but sévèrement refusé aux Rossoneri pour un hors-jeu de position en seconde période, tenteront de décrocher une huitième Coupe d’Italie le 11 mai, onze ans après leur dernier sacre. Ce sera contre la Juventus ou la Fiorentina, opposés mercredi dans l’autre demi-finale retour (1-0 à l’aller pour les Bianconeri, tenants du titre).

Dans un San Siro affichant complet (75.000 spectateurs) pour la première fois dans un derby depuis la pandémie de Covid-19, il n’y a pas eu de round d’observation: Martinez a mis une première fois «ko» Mike Maignan d’une volée parfaite au ras du poteau (4e). Dans la seule compétition où il n’avait pas encore marqué cette saison, le «Toro» argentin a récidivé juste avant la pause d’un ballon piqué pour devancer la sortie du gardien français (40e).

Entre les deux coups de griffe de Lautaro, les Rossoneri ont pourtant tout tenté et poussé les Intéristes dans leurs retranchements. Mais ils sont tombés sur un Samir Handanovic vigilant devant Rafael Leao (24e, 28e) puis sur une frappe tendue d’Alexis Saelemaekers (30e). Ivan Perisic l’a ensuite suppléé pour priver Franck Kessié de l’égalisation d’un tacle désespéré (39e).

A la reprise, Milan est reparti à l’assaut de plus belle, avec parfois un peu trop de précipitation face à un solide mur nerazzurro. Ismaël Bennacer croyait l’avoir enfin perforé d’un tir puissant (66e). Mais le but a été refusé après de longues minutes de réflexion de l’arbitre pour un hors-jeu de Pierre Kalulu, qui a peut-être gêné la vision d’Handanovic.

C’en était trop pour Milan, d’autant que l’Inter a tué tout débat en ajoutant un troisième but en fin de match par Robin Gosens (82e) pour donner une ampleur flatteuse à la première victoire de Simone Inzaghi dans un «derby de la Madonnina».

Le successeur d’Antonio Conte peut encore tout rafler au niveau national pour sa première saison sur le banc de l’Inter, avec la victoire en Supercoupe d’Italie en janvier et avant un éventuel scudetto à disputer encore avec ces mêmes Rossoneri. Des Rossoneri que leur directeur sportif Paolo Maldini a invités avant le match à rester «concentrés sur le terrain», alors que des négociations sont en cours, selon plusieurs médias, pour une vente du club détenu depuis 2018 par le fonds Elliott à Investcorp, un autre fonds d’investissement basé à Bahreïn.

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.