fbpx

« L’ATP défend les joueurs ou la Russie ? » s’interroge Benoît Paire

[adinserter block= »1″]

L’Avignonnais, éliminé d’entrée, s’est emporté contre la décision qui privera les joueurs de points à Wimbledon.

Éliminé en deux jours, dès le 1er tour par 6-3, 5-7, 6-1, 7-5 par Ilya Ivashka (50e mondial, évoluant sous statut neutre), Benoît Paire (78e mondial) est, dans la foulée de son match apparu courroucé, regard noir, sourcils froncés. Préoccupé par son niveau de jeu, l’Avignonnais a souligné : « Le tennis n’est pas facile en ce moment, je me suis accroché, c’est déjà bien. Dans ma tête c’est compliqué. Dès que j’ai de la pression, j’ai des failles. J’ai fait 24 doubles fautes, c’est difficile à accepter, j’avais envie de bien faire. Il va falloir que je reparte au travail. Il va falloir que je me remette la tête à l’endroit… »

Avant de s’épancher sur la position de l’ATP qui n’accordera pas de points à Wimbledon (27 juin-10 juillet) à la suite de la décision du tournoi de ne pas inviter les joueurs russes et biélorusses : « J’ai du mal à comprendre le truc, si l’ATP défend plutôt les joueurs ou la Russie. Quand il y avait des joueurs qui avaient le Covid et devaient rester dans leur chambre, on n’a pas fait tout un truc en disant qu’on devait annuler le tournoi car des joueurs ne pouvaient pas le jouer. Là, d’un coup, quatre joueurs russes dont Medvedev ne peuvent pas jouer et on se met contre Wimbledon. Si c’est une guéguerre entre l’ATP et Wimbledon, nous, on se retrouve au milieu de ça et ce n’est pas très sympa parce qu’on a envie de jouer normalement. Je suis désolé pour les Russes et la Russie mais ce sont eux qui ont foutu le bordel. Je trouve ça juste dommage parce que la plupart des joueurs ne comprennent pas cette décision. Quand j’en parle dans le vestiaire avec 99% des joueurs, ils veulent des points », a souligne Paire. Avant d’ajouter : « On se retrouve dans une situation où finalement les Russes vont gagner car Medvedev va passer n°1 mondial. Ce sont plein de trucs assez absurdes. Au lieu de prendre position pour l’ensemble des joueurs et tout ce qui se passe dans le monde, on prend une position inverse à ce que tous les joueurs veulent. »

Roland-Garros : Nadal à Paris, ses treize couronnes en images

Accéder au diaporama (13)

À VOIR AUSSI – Messi, Mbappé Di Maria : les 10 plus beaux buts du PSG cette saison

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.