fbpx

Villeurbanne s’en sort face à Cholet et rejoint Dijon en demies

[adinserter block= »1″]

Les patrons ont répondu présents. Longtemps malmenés par Cholet, les basketteurs de Villeurbanne sont finalement parvenus à s’en sortir en remportant le match d’appui des quarts de finale d’Elite 84 à 82, dimanche à l’Astroballe, et rejoignent Dijon en demies. L’affiche de cette demi-finale, qui débute mardi soir, sera la revanche de la finale de l’an passé, remportée par l’Asvel 87 à 74 à Rouen sur une manche sèche. Cette fois-ci, ce sera au meilleur des cinq rencontres, avec l’avantage du terrain pour Villeurbanne, premier de saison régulière.

Double championne de France en titre (2019 et 2021, en 2020 le titre n’avait pas été attribué en raison de la pandémie de Covid-19), l’Asvel a éprouvé toutes les difficultés pour se défaire de Cholet, qui s’est accroché pendant toute la rencontre. Battu dans sa salle pour le premier match de la série (74-70), Villeurbanne avait gagné à la Meilleraie de Cholet (82-66) grâce à Elie Okobo, étincelant (26 points, 10 rebonds). L’ancien joueur des Phoenix Suns a une nouvelle fois été décisif dimanche (17 points), notamment dans le dernier quart-temps avec un tir à trois points, l’obtention d’une faute offensive des Choletais et un contre sur TJ Campbell.

Les joueurs de Laurent Villa n’ont pas craqué mais ont finalement dû déposer les armes dans les trente dernières secondes, sur une remise en jeu mal négociée. «Cholet, c’est une vraie équipe, on le savait. On aurait pu se rassurer plus tôt. On sait que l’on doit défendre, il ne faut pas que l’on se relâche», a commenté au micro de beIN Sports TJ Parker.

Sous les yeux de Giannis Antetokounmpo, MVP des saisons régulières NBA 2019 et 2020 et venu soutenir son frère Kostas avec l’Asvel, les jeunes pousses du basket français Yoan Makoundou pour Cholet et Victor Wembanyama pour l’Asvel ont pu montrer toute l’étendue de leur talent. Makoundou a notamment inscrit 20 points et signé 5 rebonds, insuffisant toutefois pour permettre à Cholet de signer un immense exploit.

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.