fbpx

De Benzema Ballon d’Or à sa difficile adaptation à Paris, les confidences de Lionel Messi

[adinserter block= »1″]

Lors d’un entretien pour la chaîne de télévision argentine TyC Sports, la star du PSG s’est longuement confié sur sa première saison dans la capitale française, loin d’être de tout repos.

Lionel Messi au Paris SG, cela aurait dû être la chronique d’un triomphe assuré. Et puis finalement, cela ne fut pas le cas. Après plus de vingt années passées à Barcelone, où il a tout gagné, l’Argentin a souffert pour s’adapter à son nouvel environnement. Comme il l’a confié sans langue de bois auprès de la chaîne TyC Sports en Argentine. «Cela a été un changement et une année difficile. Quand tu as été toute ta vie au même endroit, surtout à mon âge (34 ans), ce n’est pas facile. Le premier jour des enfants à l’école, on a pleuré avec Antonella (sa compagne). On se disait : Qu’est-ce qu’on fait là ? Qu’est-ce qui s’est passé ?» Seule bonne nouvelle pour lui, ses enfants, eux, ont vite pris leurs repères, ce qui l’a beaucoup soulagé : «Heureusement, l’adaptation des enfants a été spectaculaire. Nous avions toujours peur qu’ils aient du mal à accepter le changement. Mais, c’était plutôt le contraire. C’était très facile, ils se sont adaptés très rapidement à l’école, à leurs amis, à la vie quotidienne. Les trois ont été phénoménaux.»

Des difficultés également visibles sur le terrain, pour des raisons que détaille Messi : «J’ai commencé le championnat en retard parce que je suis arrivé au club tard, puis j’ai eu un coup au genou qui m’a arrêté pendant un moment. Je ne pouvais pas jouer trois ou quatre matches d’affilée ; pas trouver le bon rythme. Ensuite, les vacances sont arrivées (fin décembre) et je me suis dit : bon, après ça, je commence une nouvelle année, je vais revenir à 100%, je vais changer, l’adaptation est terminée. Sauf que j’ai contracté le Covid. Ce virus m’a beaucoup affecté. Je suis resté un mois et demi sans pouvoir bien courir. Quand ça a commencé à aller mieux, il s’est passé Madrid. Cela nous a complètement tués.»

À Paris, quand ils m’ont sifflé, je me suis dit : Que vont penser mes enfants ?

Lionel Messi

Ce qui a donné lieu à une fin de saison très particulière, marquée par un titre de champion de France et de nombreux sifflets de la part du public parisien. «Cela ne m’était jamais arrivé à Barcelone. La situation des gens et la colère sont compréhensibles en raison des joueurs que nous avions, de l’équipe que nous avions et parce que cela s’est reproduit pour une autre année, parce que ce n’est pas la première fois qu’une situation comme celle-là arrive à Paris, être éliminé de la Ligue des champions de cette façon, et la colère est compréhensible. Ensuite, que je sois d’accord ou non avec les sifflets contre moi et Ney en particulier, cela ne change rien. Nous sommes ceux qui ont été le plus montrés du doigt, c’est comme ça…» Un détachement que Messi laisse de côté dès qu’il s’agit d’évoquer la réaction de ses trois enfants vis-à-vis de ses sifflets : «A Paris, quand ils m’ont sifflé, je me suis dit : Que vont penser mes enfants ? Je n’ai pas aimé que mes enfants soient présents et écoutent ça. Ils ne m’ont rien dit. Ils n’ont pas compris. Cette année, j’ai eu du mal à profiter. Je veux revenir à Paris et profiter.»

Un regard déjà tourné sur la saison prochaine, donc, pour oublier un premier exercice loin des attentes avec seulement 6 buts en Ligue 1 et 5 en Ligue des Champions : «Je pense pouvoir renverser la situation. Je ne veux pas avoir la sensation d’avoir changé de club et que ça n’a pas marché. Et comme vous l’avez dit, je sais que cette année va être différente, je suis prêt pour ce qui va arriver, je connais le club, je connais la ville, je suis un peu plus à l’aise dans le vestiaire, avec mes coéquipiers et je sais que ça va être différent.» En attendant cet éventuel rebond, Messi s’attend à abandonner le Ballon d’Or à un autre joueur, lui qui en détient sept, un record. Un joueur qu’il imagine volontiers évoluer au Real Madrid. «Je n’ai aucun doute sur le fait que Benzema mérite le Ballon d’Or cette année. Il a connu une grande saison et il a été décisif à chaque tour de Ligue des Champions.»

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.