fbpx

Hindley historique, Démare savoure, Carapaz et Ineos vacillent

[adinserter block= »1″]

La première victoire d’un Australien sur le Tour d’Italie, le maillot de meilleur sprinteur pour un Français, la faillite d’Ineos en 3e semaine : retrouvez les Tops et les Flops de ce Giro 2022 remporté par Jai Hindley (Bora).

Top

Jai Hindley en (très) grand costaud

Le coureur de la Bora devient, à 26 ans, le premier coureur australien à remporter le Tour d’Italie. Et que cette victoire est belle ! Hindley a su sortir vainqueur d’une grande partie de manivelle entre Landa (Bahrain) et Carapaz (Ineos). Le maillot rose a été le plus régulier des trois, et a attendu l’ultime ascension de la dernière étape de montagne pour placer une attaque tranchante et faire exploser Carapaz. Costaud dans les montées, fin tactiquement, un peu chanceux sur les bords, Jai Hindley a l’étoffe d’un bon vainqueur du Giro. Après sa 2e place en 2020 derrière Geoghegan Hart, cette fois-ci c’est sur la plus haute marche que Jai Hindley grimpe. Une belle revanche pour lui après une année 2021 remplie de galères.

Jai Hindley domine le général avec 1min18 d’avance sur Carapaz, deuxième, et 3min24 sur Land, troisième. JENNIFER LORENZINI / PANORAMIC

Démare, le Cyclamen et 3 étapes

Arnaud Démare aime définitivement l’Italie. Le sprinteur français nous a encore fait rêver sur ce Giro 2022 en remportant 3 étapes et en s’accrochant dans les cols pour ramener le maillot Cyclamen à la maison. Le coureur de la FDJ a même battu le petit Caleb Ewan, à Scalea lors de la 6e étape, d’un jump magique dont il n’est absolument pas le spécialiste. De l’envie, de la réussite et du courage, Arnaud Démare et son train performant ont quasiment coché toutes les cases cette année. Dommage de ne pas le voir sur les routes du Tour de France en juillet prochain, où la FDJ se rendra avec ses grimpeurs.

Mathieu Van Der Poel

Avec le Néerlandais, c’était total régal sur ce Giro 2022. Victorieux de la première étape à Visegrad et porteur de la tunique rose de leader, Van Der Poel a ensuite fait le show pendant 3 semaines. Attaques quasi quotidiennes, présence dans les échappées, montées de col soit à l’avant au niveau de très bons grimpeurs, soit à l’arrière en s’amusant avec les fans… Mathieu Van Der Poel a été un sacré dynamiteur de course. Et ça, on adore !

Critiqué pour ne pas avoir été au bout du Tour de France la saison passée, Van Der Poel a cette fois-ci bel et bien vu la grande arrivée.

Domenico Pozzovivo

L’Italien de la formation Intermarché-Wanty-Gobert nous a impressionnés de par son courage sur ce 105e Giro. Incassable malgré un énorme accident il y a 2 ans et une chute dans la descente du Mortirolo sur ce Giro, le petit italien séduit toute la Botte et plus encore. Troisième top 10 pour le coureur 39 ans sur son Tour ! Après sa 8e place en 2012 et sa 9e place en 2008, «Pozzo» est de retour parmi les grands, et que c’est beau lorsque l’on sait que l’Italien n’avait pas encore d’équipe en début de saison, et qu’il a failli ne plus jamais monter sur un vélo… Chapeau Monsieur !

Domenico Pozzovivo a été victime d’un terrible accident le 12 août 2020, vélo contre voiture alors qu’il s’entraînait chez lui en Italie. Les médecins annonçaient sa fin de carrière… Peter De Voecht / PANORAMIC

Le parcours

Intensités, pentes élevées et enchaînements difficiles, voilà ce qui était proposé aux coureurs alignés sur ce Giro 2022. Et si les écarts à l’arrivée montrent à quel point les cyclistes ont pu souffrir (plus de 9 min d’écart entre Jai Hindley, le vainqueur, et Nibali, solide 4e), les spectateurs, eux, ont pu prendre énormément de plaisir à suivre ce Tour d’Italie, trop souvent jugé ennuyant les années passées. Dommage que Romain Bardet n’ait pas pu s’exprimer un peu plus sur ce parcours exigeant.

Les Flops

L’équipe Ineos

Venue en nombre, la team Ineos-Grenadiers repart bredouille de ce Giro 2022. Son leader, Richard Carapaz, aura été solide pendant 3 semaines mais aura craqué la veille de l’arrivée aux dépens du vainqueur Jai Hindley. Mise à mal tactiquement par la Bora et la Bahrain-Victorious, Ineos perd sa couronne sur le Tour d’Italie. La formation gérée par Dave Brailsford avait glané les deux dernières éditions du Giro (en 2021 avec Bernal et en 2020 avec Geoghegan Hart).

Guillaume Martin

Difficile de l’avouer mais le Français n’était pas au niveau du top 10 sur ce Giro… Le coureur de la Cofidis a très vite compris qu’il ne serait pas parmi les meilleurs, lâché beaucoup trop tôt dans les premières raideurs du parcours. Il termine 14e à plus de 28 minutes de Jai Hindley. Guillaume Martin a tout de même essayé de se rassurer en allant chercher une victoire d’étape. En vain… Il finit tout de même 1er Français au général après l’abandon de Romain Bardet.

Simon Yates

L’irrégularité. Un mot qui caractérise parfaitement la carrière du coureur britannique… Double vainqueur cette année (2e étape lors du contre la montre individuel de Budapest, et 14e étape en solitaire à Turin), le leader de la formation BikeExchange déçoit tout de même avec un nouvel abandon sur un grand tour… Il était de toute façon hors du coup pour le général, alors qu’il était venu pour ça. Décidément, Simon Yates est fâché avec les courses de trois semaines !

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.