fbpx

cinq questions sur le mercato estival 2022

[adinserter block= »1″]

L’édition 2022 du mercato estival de football ouvre ses portes ce 10 juin. Ses chiffres vertigineux devraient se rapprocher de ceux de l’ère pré-Covid.

Quelles sont les dates du mercato ?

Tous les pays européens ne fonctionnent pas de la même manière. La Ligue 1 et la Premier League se sont alignées : ouverture du mercato le 10 juin et fermeture le 1er septembre 2022. Petite différence pour les trois autres grands championnats du continent, à savoir la Serie A, la Liga et la Bundesliga, qui n’ouvriront leur mercato que le 1er juillet. Dans les faits, ça ne change pas grand-chose.

Lorsqu’il s’agit des dates, il faut surtout avoir en tête celles de fermeture plus tardive dans d’autres pays. En Turquie, les clubs pourront recruter jusqu’au 8 septembre. Au Portugal, le Benfica ou Porto peuvent embaucher jusqu’au 22 septembre. Il n’est donc pas impossible que des joueurs quittent la Ligue 1 une fois le mercato français clos.

Pourquoi le mercato ne fermera pas ses portes à minuit ?

On le sait, de nombreux transferts ne se concrétisent que dans les dernières heures du mercato. D’où l’initiative de la LFP de le clôturer le jeudi 1er septembre 2022 à 23h et non à minuit «pour l’envoi des contrats» à la Ligue. En d’autres termes, la LFP accorde un délai de presque un jour supplémentaire pour que la paperasse soit réglée. «Ce nouvel horaire permettra aux clubs de finaliser plus sereinement leurs transferts internationaux sur l’application FIFA TMS dont l’horaire de clôture demeure minuit», a précisé l’instance dans un communiqué. Cela sera valable pour la Ligue 1 et la Ligue 2.

La crise impacte-t-elle toujours les transferts ?

Plus vraiment. Le Centre International d’Étude du Sport (CIES) avait estimé à 5,8 milliards d’euros les dépenses en indemnités de transferts par les clubs des 5 grands championnats européens sur l’été 2019. Un record. L’été suivant, marqué par la crise et le Covid-19, a fait tomber l’addition à 3,486 milliards. Puis à l’été 2021, on remontait déjà à 3,513 milliards. Cet été, la hausse devrait s’accentuer. Il suffit de regarder le dernier mercato hivernal, où les dépenses dans les cinq grands championnats européens avaient excédé les 660 M€, soit plus du double de marché d’hiver 2021 (309).

Par ailleurs, «la pandémie a renforcé la domination des clubs de Premier League sur le marché des transferts, soulignait le CIES. La part des dépenses de ces derniers par rapport aux investissements totaux des équipes du Big 5 est passée d’environ 36% entre janvier 2012 et janvier 2020 à plus de 45% lors des trois mercatos intervenus après le début de la crise sanitaire.» Plus globalement, le CIES constate une «tendance à une concentration des dépenses de la part des clubs les plus riches».

Y a-t-il des transferts déjà actés ?

Oui. Manchester City a frappé fort le 10 mai dernier en annonçant un accord de principe avec le Borussia Dortmund pour Erling Haaland. Ce n’est plus qu’une question de temps avant que l’attaquant norvégien (21 ans) ne fasse ses premières photos avec le maillot des Skyblues. Le PSG a d’ores et déjà prolongé Kylian Mbappé, son dossier le plus brûlant, et levé l’option d’achat de Nuno Mendes, prêté par le Sporting Portugal.

Il y a aussi les joueurs libres cet été dont la destination est déjà connue. Antonio Rüdiger quitte Chelsea pour le Real Madrid. Ivan Perisic passe de l’Inter Milan à Tottenham. Thomas Delaine, lui, ne suit pas Metz en Ligue 2 et s’est engagé avec Strasbourg. Quant à Boubacar Kamara, il n’a pas prolongé à Marseille pour rallier Aston Villa.

Quels joueurs vont faire la Une cet été ?

Il y aura bien sûr les gros joueurs en fin de contrat, parmi lesquels Paul Pogba, Ousmane Dembélé ou Paulo Dybala. Mais aussi ceux à la recherche d’un nouveau défi, comme Sadio Mané et Robert Lewandowski. Pour tout savoir des 10 stars qui feront les choux gras de la rubrique mercato, cliquez ici.

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.