fbpx

Toyota réalise un nouveau doublé et poursuit son hégémonie

[adinserter block= »1″]

La Toyota n°8 pilotée par le Suisse Sebastien Buemi (à droite) devant la n°7 pilotée par le Britannique Mike Conway sur le circuit de la Sarthe lors de la 90e édition des 24 heures du Mans, samedi 11 juin 2022.

Après une édition 2020 disputée à huis clos en raison de la pandémie de coronavirus et celle de 2021 devant seulement 50 000 spectateurs (20 % du nombre habituel), les tribunes du circuit de la Sarthe étaient, cette année, remplies à ras bord pour la 90e édition des 24 Heures du Mans, samedi 11 et dimanche 12 juin 2022.

Mais si l’ambiance était différente en tribune, sur la piste rien n’a changé, ou presque. Pour la cinquième fois consécutive, Toyota a remporté la classique mancelle, réalisant à nouveau le doublé (comme en 2018, 2019 et 2021) dans la catégorie hypercars.

Contrairement à l’édition précédente, c’est toutefois l’équipage de la Toyota n° 8 du Suisse Sébastien Buemi, du Japonais Ryo Hirakawa et du Néo-Zélandais Brendon Hartley qui termine devant la Toyota n° 7 du Britannique Mike Conway, du Japonais Kamui Kobayashi et de l’Argentin José Maria Lopez, avec deux minutes d’avance à l’arrivée dimanche à 16 Heures.

L’écurie américaine Glickenhaus complète le podium grâce à l’équipage numéro 709 composé de l’Australien Ryan Briscoe, du Britannique Richard Westbrook et du Français Franck Mailleux, avec cinq tours de retard sur la Toyota n° 8.

Alpine, jamais dans le coup

En revanche, l’écurie française Alpine a connu un week-end morose. Dépassé dès le départ par les deux Glickenhaus, l’équipage n° 36 du Brésilien André Negrao et des Français Matthieu Vaxivière et Nicolas Lapierre comptait déjà sept tours de retard sur le leader samedi à 22 Heures après deux passages au stand en moins d’une demi-heure, consécutifs à un problème d’embrayage.

Pire, un accident est survenu dimanche matin vers 9 Heures : Matthieu Vaxivière a perdu le contrôle de son véhicule à l’entrée d’un virage en essayant de dépasser une voiture GT (moins rapide), terminant contre la barrière de protection. Après avoir à nouveau concédé du temps au stand pour faire des réparations, l’Alpine a terminé finalement à la 23e place, à 18 tours du vainqueur.

Lire aussi : Pour Sébastien Ogier, piloter aux 24 Heures du Mans « c’est presque comme repartir de zéro »

Malgré un tête-à-queue de Sébastien Buemi peu avant 23 Heures samedi et une crevaison dimanche vers 7 h 30, toujours avec le pilote suisse au volant, la Toyota n° 8 a contrôlé la course en démontrant toute sa fiabilité.

A 33 ans, M. Buemi rejoint le Français Yannick Dalmas, le Belge Olivier Gendebien et le Français Henri Pescarolo dans le cercle fermé des quadruples vainqueurs de la classique mancelle ; le record du nombre de victoires chez les pilotes restant la possession du Danois Tom Kristensen (neuf succès).

« On est content, on n’a pas eu de problème. C’est incroyable. C’est parfait. Une grande journée », a déclaré, flegmatique, le natif du canton de Vaud à l’arrivée au micro de L’Equipe.

Dans la deuxième catégorie de véhicules dits « LMP2 » (pour « Le Mans prototype 2 »), la JOTA n° 38 s’est imposée devant la Prema n° 9 et la JOTA n° 28. A noter la neuvième place pour Sébastien Ogier, l’octuple champion du monde des rallyes, qui participait pour la première fois à la mythique course d’endurance, au sein de l’équipage n° 1 du Richard Mille Racing.

Dans la troisième catégorie, en « LM GTE Pro » (pour « Le Mans Grand Tourisme Endurance »), la Porsche n° 91 a terminé devant deux Ferrari, la n° 51 et la n° 52, au terme d’une course à rebondissements.

Lire aussi : 24 Heures du Mans : Joshua Pierson, 16 ans et déjà dans la cour des grands

A peine l’édition 2022 des 24 Heures du Mans terminée, la prochaine est déjà particulièrement attendue et pas seulement parce que ce sera celle du centenaire. 2023 marquera aussi le retour des grandes écuries : Peugeot, Porsche, Ferrari ou encore Cadillac vont accroître la concurrence dans la catégorie hypercars.

Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.