fbpx

après les mots, les actes… cette fois ?

[adinserter block= »1″]

Un certain nombre d’éléments invitent à penser que le discours fort de Nasser Al-Khelaïfi ne restera pas lettre morte. Aurelien Morissard / PANORAMIC

ANALYSE – Le président parisien a tapé du poing sur la table et tracé une feuille de route en forme de révolution dans les colonnes du Parisien. Cette fois, le coup de semonce pourrait être suivi d’effets.

«Je veux des joueurs fiers de porter notre maillot, pas des joueurs qui font le job quand ça les arrange.» Ces mots sont ceux de Nasser Al-Khelaïfi. Ils ne sont toutefois pas extraits de l’interview coup de poing publiée par Le Parisien dans son édition de ce mercredi, mais de 2019, dans les colonnes de France Football. «Ils (les joueurs) ne sont pas là pour se faire plaisir. Et s’ils ne sont pas d’accord, les portes sont ouvertes. Ciao ! Je ne veux plus voir de comportement de stars», avait poursuivi le dirigeant qatari. La suite, on la connaît. Malgré une finale (perdue) en Ligue des champions en passant entre les gouttes du Covid, en 2020, la république des joueurs a continué à avoir cours au sein d’un PSG qui en a récolté les fruits lors d’une campagne 2021-22 qui restera comme l’un des pires de l’ère qatarie, avec une nouvelle humiliation en C1, face au Real. Le coup de trop ?

Il faut le croire. La terre a tremblé autour du Parc des Princes. Leonardo en a fait les frais. Mauricio…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.