fbpx

«C’est une fierté», confie Cornet à propos de son record de longévité

[adinserter block= »1″]

La numéro un française Alizé Cornet, 37e mondiale, qui égale à Londres le record de participations consécutives dans un Grand Chelem, a dominé la Kazakhe Yulia Putintseva (33e) 6-3, 7-6 (7/5).

A Wimbledon,

62. C’est désormais le nombre participations consécutives à des tournois du Grand Chelem, de la numéro un française. La Niçoise de 32 ans rejoint la Japonaise Ai Sugiyama. Depuis l’Open d’Australie 2007, elle n’a pas manqué un seul Majeur, mis à part Wimbledon 2020 qui avait été annulé en raison du covid. Et pour fêter ce petit moment d’histoire, la 37e mondial a fait chuter ce mardi Yulia Putintseva : «Ce n’était pas un très grand match aujourd’hui pour être honnête mais j’ai été présente sur les points importants. La confiance accumulée avec ma demi-finale à Bad Homburg la semaine dernière, m’a aidé aussi. Même si ce n’était pas facile d’enchaîner car le gazon ici est très différent de là-bas».

Au prochain tour, elle affrontera l’Américaine Claire Liu (75e). Si elle passe l’obstacle Liu, elle devrait retrouver sur sa route au 3e tour l’intouchable numéro un mondiale polonaise Iga Swiatek. Une autre histoire. En attendant, elle peut savourer son record égalé : « C’est une fierté bien sûr. C’est une sacrée preuve de ma longévité. J’ai toujours eu beaucoup de discipline dans mon travail quotidien. Et ça paie. Et je n’ai jamais eu de grosses blessures avant un Grand Chelem. Puis j’ai toujours été régulière dans mon classement tout au long de ces années. Je ne suis jamais sorti du top 100. J’ai toujours pu entrer dans les grands tableaux sans invitation. J’espère dépasser ce record à l’US Open. Ça ne me fait pas sentir toute jeune mais quand je me vois courir sur le terrain, je me dis que mes jambes ont encore une certaine fraîcheur

Et toujours la même envie de gagner, malgré l’absence de points cette année. «Comme beaucoup, j’ai été déçue qu’il n’y ait pas de point. Mais niveau motivation, ça ne change rien. Quand je vais faire des matches par équipes le dimanche matin, je suis motivée, alors jouer à Wimbledon ça me motive forcément. Tout le monde a l’air à fond. Je n’ai pas vraiment vu des attitudes je-m’en-foutiste.» La Niçoise de 32 ans avait atteint les 8es de finale du Majeur sur gazon en 2014 mais, depuis, elle n’a plus passé le 3e tour.


À VOIR AUSSI – «Très triste pour ces joueurs»: le tournoi de tennis de Wimbledon débute, sans russes et biélorusses

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.