fbpx

120 bateaux et un seul Ultim sans Gabart

[adinserter block= »1″]

La Drheam Cup, comptant pour la qualification pour la Route du Rhum, s’offre une flotte de rêve avec 120 bateaux au départ dimanche à Cherbourg, dont celui skippé par François Gabart (SVR Lazartigue), seul Ultim en lice mais sans le marin, positif au Covid-19.

Des voiliers de légende, dont le Pen Duick III conçu par Eric Tabarly en 1967 ou encore le fameux Cigare rouge de nouveau entre les mains de Catherine Chabaud et une multitude de bateaux venus chercher leur qualification pour la Route du Rhum : la Drheam Cup s’annonce relevée pour sa quatrième édition, qui a fait le plein (ils n’étaient que 40 bateaux en 2016 pour la 1re édition). D’autant qu’il y aura sur la ligne de départ, le géant des mers bleu de Gabart, un maxi-trimaran volant dernier-né de la flotte élitiste des Ultim, une classe avec laquelle Gabart est en conflit en raison d’un litige sur la conformité du bateau.

Le détenteur du record du tour du monde en solitaire a porté l’affaire devant les tribunaux ; la décision (sur la forme, pas le fond) sera rendue jeudi. Gabart entend obtenir l’autorisation de participer à la Route du Rhum, transatlantique en solitaire dont le départ sera donné le 6 novembre à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) et seule la classe Ultim peut lui délivrer ce sésame pour cette course. En attendant, le multicoque de Gabart est en mal de compétition. Et c’est d’abord heureux qu’il s’était inscrit à la Drheam Cup, avec trois autres Ultim: ceux d’Yves Le Blevec (Actual Ultim 3), Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild) et Thomas Coville (Sodebo Ultim 3). Mais les trois Ultim ont déclaré forfait pour diverses raisons.

«On n’a pas pu naviguer en course ces derniers mois malheureusement. On aurait préféré être plusieurs Ultim, c’est le jeu malheureusement, c’est dommage. Mais c’est un plaisir d’être au départ à Cherbourg, on est super content d’être dans des conditions de course, heureux de naviguer avec d’autres bateaux, et avec du public venu voir nos nouveaux bateaux dont on est fiers», avait souligné vendredi matin Gabart dans un entretien accordé à l’AFP. Quelques heures après cet entretien, Gabart apprenait qu’il était positif au Covid-19 et devait faire une croix sur ce parcours intense. Mais le bateau sera bel et bien en lice, alors que la course se joue en équipage pour les multicoques. C’est Tom Laperche, en tandem avec Gabart lors de leur 2e place sur la Transat Jacques Vabre 2021, qui prend les commandes.

Dynamique de course

«Même s’il n’y a pas de confrontation avec d’autres Ultim, la Drheam Cup va nous permettre de se mettre dans la dynamique d’une course. Faire un parcours imposé, ça met un rythme à bord. On n’a jamais fait de course en équipage, on va pouvoir bien se caler ensemble, trouver les bons fonctionnements et préparer le bateau pour du solitaire en fin d’année (pour la Route du Rhum). Ca ne peut être que du plus», explique Laperche à l’AFP. Le voilier de Gabart sera le seul à faire le plus long parcours de la course, soit 1500 milles nautiques (environ 2780 km), en montant sur l’île de Man (mer d’Irlande) pour redescendre jusqu’au large de Bilbao (Espagne) pour une arrivée à La Trinité-sur-Mer (Morbihan).

Le départ se fera dimanche à partir de 14h00 pour les neuf classes de bateaux, dans la Baie de Becquet, au large de Cherbourg. «C’est une zone complexe à naviguer à cause des courants qui peuvent être très forts à certains endroits. On peut se retrouver à longer la côte ou rentrer dans cette fameuse rade pour s’abriter du courant. On sent bien qu’on est au milieu de la Manche, même sur nos Ultim, ce n’est jamais anecdotique de passer dans ces coins-là», avait expliqué Gabart.

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.