fbpx

«J’adore mon métier mais dans ces conditions, c’est très difficile», le peloton épuisé avant la journée de repos

[adinserter block= »1″]

Les coureurs ont énormément souffert de la température entre Rodez et Carcassonne ce dimanche. La journée de relâche arrive au bon moment.

Envoyé spécial à Carcassonne

La dernière journée de repos, lundi, avant la traversée redoutée des Pyrénées ne sera pas de trop pour recharger les batteries d’un peloton éreinté à l’issue d’une quinzième étape disputée ce dimanche sous une chaleur caniculaire. Le thermomètre a frôlé les 40 degrés entre Rodez et Carcassonne sur des routes brûlantes où la température a dépassé les 65°C. «Je vais prendre une douche bien glacée et bien dormir longtemps», a expliqué Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), qui a pris le temps d’asperger Jasper Philipsen, le vainqueur du jour, à l’arrivée, avec une bouteille d’eau. «Je vais rester au lit toute la journée je crois», a confié le sprinteur belge après sa victoire.

«Ce n’était pas une partie de plaisir. Je n’avais jamais connu aussi chaud. J’adore mon métier mais dans ces conditions, c’est vraiment très, très difficile. Je me suis accroché au fait que demain (lundi), c’était repos et que j’allais retrouver ma famille à Carcassonne mais sinon c’était vraiment très compliqué. J’ai dû boire 1,5 litre par heure. Donc j’ai dû boire 7 litres d’eau, je pense», a, de son côté, confié Mikael Chérel (AG2R-Citroën), pressé de retrouver remonter dans le bus de son équipe et prendre la direction de l’hôtel.

Gilets réfrigérants

Mais avant de retrouver les chambres climatisées, les coureurs équipés pour certains de gilets réfrigérants destinés à faire baisser la température corporelle, vont devoir se plier aux tests Covid-19 menés par l’organisation de course. Un dernier effort avant la délivrance et une journée de repos, qui, compte tenu des températures, se fera sans entraînement pour certaines équipes. «Pour moi, ce sera sans. Le dernier jour de repos je ne m’étais pas entraîné non plus et j’avais eu de bonnes jambes le lendemain», a prévenu le vainqueur du jour.

Compte tenu de la canicule, la direction de course avait pris des mesures exceptionnelles pour permettre davantage de ravitaillements. Ceux-ci étaient possibles, du kilomètre zéro à dix kilomètres de la ligne d’arrivée et les délais d’arrivée avaient été augmentés de 20% quelle que soit la vitesse moyenne de la course.


À VOIR AUSSI – Petits ponts, sombreros : les plus beaux gestes techniques de Mbappé avec le PSG

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.