fbpx

Lleyton Hewitt intronisé au Hall of Fame

[adinserter block= »1″]

L’Australien Lleyton Hewitt, légende du tennis, ancien numéro un mondial et vainqueur de deux titres du Grand Chelem, a été intronisé samedi au International Tennis Hall of Fame, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à Newport, aux États-Unis, en marge du tournoi ATP 250. Hewitt a remporté l’US Open en 2001 et le tournoi de Wimbledon en 2002 pour un total de 30 titres ATP en carrière. Il a également participé aux victoires de l’Australie à la Coupe Davis en 1999 et 2003.

La cérémonie devait se dérouler l’année dernière, mais le champion de 41 ans, originaire d’Adélaïde, n’avait pas pu se rendre aux États-Unis depuis l’Australie en raison du Covid-19, raison pour laquelle son intronisation a été reportée d’un an. «Je pense que j’avais besoin de cette année supplémentaire pour trouver les mots appropriés», a déclaré Hewitt. «C’est un honneur incroyable pour moi. La présence de ma famille et de mes amis a rendu la cérémonie encore plus spéciale».

Plus jeune numéro 1 mondial

La cérémonie s’est déroulée sur le court où Hewitt a remporté son premier match ATP sur gazon alors qu’il était adolescent, en 1998. Talent précoce, Hewitt est devenu le plus jeune numéro un mondial de l’histoire du tennis à 20 ans, 8 mois et 26 jours, en novembre 2001. Il a terminé premier du classement ATP à la fin des saisons 2001 et 2002. Sa force mentale combinée à sa vitesse et ses coups habiles ont fait de lui une menace sur toutes les surfaces, concluant ses plus grands coups par son «Come on» («Allez»).

L’icône australienne a remporté son premier titre ATP à Adélaïde en 1998 et son dernier en 2014 au tournoi de Newport, en battant Ivo Karlovic. Hewitt a terminé sa carrière avec 616 victoires pour 262 défaites en simple ATP. «Je me sens chanceux d’avoir pu jouer avec plusieurs générations», a déclaré Hewitt, «d’avoir pu jouer contre mes héros comme Andre Agassi et Pete Sampras» ainsi que contre les légendes Rafael Nadal, Roger Federer et Novak Djokovic.

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.