fbpx

pas encore résigné, Tadej Pogacar «promet d’attaquer très fort» dans la dernière étape de montagne

[adinserter block= »1″]

Le Slovène a encore une fois tenté de décrocher le maillot jaune mais n’a pu reprendre que quatre secondes de bonification. Un coup dur pour lui et son équipe, dos au mur avant l’ultime journée en montagne, jeudi.

Envoyé spécial à Peyragudes

Quatre petites secondes de bonification, c’est le temps grappillé par Tadaj Pogacar sur Jonas Vingegaard à l’issue de la 17e étape, l’avant-dernière en montagne avant la sortie des Pyrénées. Vainqueur à Peyragudes, le Slovène a une nouvelle fois tenté d’attaquer le maillot jaune, notamment dans la montée du col de Val-Louron-Azet, mais le Danois, n’a, une fois encore, montré aucun signe de faiblesse, en restant inexorablement collé à la roue de son rival.

Heureux d’avoir obtenu une troisième victoire d’étape cet été, sa neuvième dans le Tour de France, le tenant du titre a conscience qu’un troisième succès sur les Champs-Elysées est désormais fortement compromis même s’il lui reste deux journées pour créer des écarts : jeudi vers Hautacam, puis dans le contre-la-montre Lacapelle-Marival – Rocamadour (40,7 km), samedi.

«La dynamique de course a changé»

Pogacar a reconnu que la perte de ses coéquipiers, précoce dans le Tour de France, notamment en raison du Covid-19, avait sans doute pesé lourd sur le déroulement de l’épreuve. «Si nous avions eu notre équipe au complet, on aurait pu rendre la course plus dure et peut-être faire craquer Jonas », a ajouté le vainqueur du jour, conscient que son règne ne tient plus qu’à un fil en raison du retard accumulé sur le leader du classement général (2’18 »).

Le leader de la formation UAE Team Emirates assuré ne pas avoir déposé les armes pour autant. «Le moral est haut même si nous sommes plus que quatre dans l’équipe», a-t-il expliqué, estimant que sa formation a désormais pris le dessus sur celle de son adversaire, la Jumbo-Visma. « La dynamique de la course a changé. Demain (jeudi, ndlr), nous partirons avec optimisme sachant que Mikkel Berg et Brandon McNulty sont en grande forme. On pourra essayer d’attaquer très fort», a-t-il promis, visiblement éprouvé par la journée et la voix monocorde.

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.