fbpx

les deux relais bleus 4×200 m qualifiés pour la finale

[adinserter block= »1″]

Les deux relais français du 4×200 m nage libre se sont qualifiés pour la finale des Championnats d’Europe de natation jeudi à Rome, où ils viseront une place sur le podium en soirée.

Les Bleus, emmenés par Mewen Tomac, Wissam-Amazigh Yebba, Enzo Tesic et Roman Fuchs, ont réalisé le deuxième temps de la session matinale en 7 min 9 sec 59, juste derrière les nageurs italiens.

Le relais féminin, avec Océane Carnez, Giulia Rossi Bene, Marina Jehl et Lucile Tessariol, a également obtenu sa place en finale avec le cinquième temps (8 min 7 sec 16). L’autre finaliste de la soirée sera Emilien Mattenet sur 400 m quatre nages.

Dans les autres courses de la première matinée de compétition, Charlotte Bonnet s’est qualifiée pour les demi-finales du 100 m nage libre avec le meilleur temps des séries.

Bonnet a remporté sa course en 53 sec 92 et sera accompagnée en demi-finales par Béryl Gastaldello (54 sec 64).

Maxime Grousset a également décroché sa place pour les demi-finales du 50 m papillon grâce à un bon chrono de 23 sec 20, soit le deuxième temps des séries.

Le Français, doublé médaillé aux Mondiaux de Budapest en juin dernier, s’est fait une frayeur sur le plot de départ mais son chrono a bien été validé.

«J’ai eu un peu peur d’avoir bougé sur le plot, j’ai bien attendu les résultats officiels mais c’est bien, je suis qualifié», a réagi Grousset. «Comme quoi, on peut toujours se louper… Mais c’est bien, j’ai bien nagé, je pense que j’ai un petit peu de marge.»

«Je ne vais pas m’avancer mais pour l’instant, je me sens bien», a-t-il ajouté. Il disputera les demi-finales aux côtés de Thomas Piron, dernier qualifié en 23 sec 62.

Pauline Mahieu et Emma Terebo ont aussi réussi à atteindre les demi-finales du 200 m dos, tout comme Antoine Viquerat au 100 m brasse.

En raison du chamboulement du calendrier dû à la pandémie de Covid, les Championnats d’Europe de natation, qui se déroulent à Rome du 11 au 17 août, ont lieu moins de deux mois après les Mondiaux de Budapest. Les Bleus avaient décroché huit médailles en Hongrie.

Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.